Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Héloïse ou la rage du réel, le théâtre engagé de Pauline Laidet et Myriam Boudenia

le - - Spectacle vivant

Héloïse ou la rage du réel, le théâtre engagé de  Pauline Laidet et  Myriam Boudenia
Vincent Arbelet - Héloïse ou la rage du réel de Myriam Boudenia, mise en scène de Pauline Laidet

Le théâtre de la Croix-Rousse accueille Héloïse ou la rage du réel, une pièce écrite par la jeune autrice Myriam Boudenia et mise en scène par Pauline Laidet, formée à l'École de la Comédie de Saint-Étienne. Rageur et engagé !

Inspiré d'un fait divers des années 70, l'enlèvement de la petite-fille du magnat de la presse américaine William Randolph Hearst (qui a inspiré Orson Welles pour la réalisation de Citizen Cane), Héloïse ou la rage du réel transpose l'histoire aujourd'hui sous la plume de Myriam Boudenia. Créée au festival "Théâtre en mai" à Dijon au printemps dernier, la pièce, répétée au TNP, au théâtre de la Croix-Rousse et au théâtre de Vénissieux, entre autres, charrie son cortège d'interrogations sur le courage, l'engagement, et le déterminisme social.

En transposant cette histoire à notre époque, celle des réseaux sociaux et des images choc, l'autrice choisit de « décaler le réel, de le distordre par le prisme de la fiction dramatique et non pas de fabriquer du théâtre documentaire ».

Tout comme Pauline Laidet, déjà invitée à la Croix-Rousse en 2016 avec son spectacle Fleisch « veut créer un spectacle où le corps est révélateur d'une révolte souterraine. La fuite comme allégorie de la quête de soi. Donner à voir et à ressentir la frénésie exaltante de la cavale. »

Celle de cette jeune femme qui, sortie de son milieu protégé, prend fait et cause pour ses ravisseurs et devient peu à peu un membre du groupe, se faisant même appeler Angela (en référence à la militante et activiste de la cause noire, Angela Davis).

Par là, les deux femmes questionnent les notions (très actuelles) de servitude volontaire, d'héroïsme, de féminisme aussi forcément -même si ce n'est pas explicite- et d'engagement.

Sur sa nature, notamment, qui n'est plus exactement la même de nos jours que dans les années 70, où les mots ne résonnent plus exactement de la même manière. Sept interprètes se jettent dans la bataille d'un théâtre qui va chercher vers la danse son énergie charnelle, changeant de costumes et de rôles pour jouer les kidnappeurs, mais aussi la famille, les journalistes, les enquêteurs, embrassant l'espace et le faisant vibrer de leur violence. À découvrir, assurément !

Théâtre de la Croix-Rousse, 13 au 16 novembre, www.croix-rousse




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer