Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Hari@Co cuisine les investisseurs

le - - Entreprise de la semaine

Hari@Co cuisine les investisseurs
DR - Emmanuel Brehier et Benoit Plisson, ingénieurs agronomes cofondateurs de Hari&Co

La start-up incubée chez le Food Shaker, l'incubateur de l'Isara, a levé 2,3 M€ pour accroître ses capacités de production, recruter et investir dans le marketing et la communication. Exit Le Boucher Vert, Hari&Co, installée à Lyon, « repropose » des légumineuses cuisinées sous formes de steak, de nuggets et de boulettes et répond à la tendance de l'alimentation végétale.

« On ne propose pas de la fausse viande mais bien des produits transformés, 100 % bio et d'origine française à base de légumineuses, pour répondre à une tendance forte des consommateurs qui se tournent vers l'alimentation végétale et qui veulent des produits sains et français », souligne Emmanuel Brehier, cofondateur avec Benoît Plisson, deux ingénieurs agronomes, du Boucher Vert, rebaptisé Hari&Co au printemps 2018. Sa gamme de quatre steaks bio, de quatre boulettes et d'une référence de nuggets à base de lentilles vertes, haricots flageolets, pois chiches et haricots rouges a séduit le consortium Otium Bands et des banques qui ont investi 2,3 M€.

« Cette levée de fonds nous permettra d'accroître nos capacités de production en investissant dans une nouvelle ligne pour multiplier par quatre, voire cinq, la production actuelle et surtout de gagner en souplesse pour la fabrication de nouveaux produits ; de renforcer l'équipe commerciale autour du service marketing créé fin 2017 pour développer la nouvelle marque ; d'investir dans le marketing et la communication pour soutenir le déploiement de la nouvelle marque commerciale, notamment en GMS », évoque le dirigeant.

La gamme Hari&Co s'est d'abord positionnée auprès de la restauration collective lors de son lancement en 2016. Sur l'année 2017, elle revendique « 750 000 repas », ce qui représente 80 % de son chiffre d'affaires. Le solde provenant des 600 magasins bio ou non distributeurs de ses produits au rayon surgelés. « La GMS fait partie de nos axes de développement car le marché de l'alimentation végétale explose », constate Emmanuel Brehier qui évoque des contrats avec Casino et Monoprix. L'entreprise parle d'un chiffre d'affaires « d'environ 1 M€ pour des perspectives à 2,5 M€ en 2018 et un équilibre financier visé pour 2019 ».

L'export est à l'étude. « Le dynamisme du marché en France est identique dans beaucoup d'autres pays limitrophes comme l'Allemagne, la Grande-Bretagne, le Benelux et la Suisse. Nous travaillons actuellement avec Business France pour, avec la même gamme de produits, se positionner en magasin et sur la restauration collective, à l'identique de notre positionnement français. ». Les premières ventes en Allemagne et en Grande-Bretagne sont escomptées pour fin 2018.
L'entreprise compte douze collaborateurs et prévoit deux à trois embauches d'ici la fin de l'année.

« Un outil de production souple »

Emmanuel Brehier

Comment est organisée votre production ?

Notre gamme de produits transformés à base de légumineuses bio sourcées en France est produite dans la Drôme. Nous disposons de nos propres lignes de production hébergées chez un partenaire industriel qui nous met à disposition son personnel et son savoir-faire. C'est un partenariat gagnant-gagnant. Hari&Co s'appuie sur l'expérience d'une PME familiale avec son service qualité Nous exploitons aujourd'hui deux lignes de production : une grande pour les produits bien implantés sur leur marché et une plus petite pour faire des tests pour des nouveautés ou pour la fabrication de la gamme des nuggets.

La levée de fonds vous offre une capacité d'investissement dans la production. A quelle hauteur ?

A fin 2017, nos deux lignes étaient quasiment à saturation. Nous allons donc réinvestir dans une troisième machine, certes pour augmenter notre capacité actuelle, mais surtout pour gagner en souplesse de production. Nous pourrons multiplier par quatre, voire cinq, nos capacités de production mais surtout acquérir davantage de flexibilité pour proposer différents types d'emballages par exemple. Grâce aux investissements en cours, nous pouvons nous projeter au moins à deux ans.

Travaillez-vous à l'élargissement de la gamme ?

Dans notre objectif d'accélérer notre croissance, nous devons proposer de nouveaux produits car la concurrence commence à être importante. Tout en nous focalisant sur la légumineuse, nous sortirons de nouveaux produits. Les innovations proviendront des recettes mais aussi des formes, autres que les steaks et les boulettes.




Stéphanie POLETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer