Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Quand le rouge est mis !

Publié le - - Gastronomie / Vins

Quelques heures seulement après que nous ayons appris le tragique décès, à 44 ans, du chef franco-suisse triplement étoilé Benoît Violier (Restaurant de l'Hôtel de Ville à Crissier - Suisse), huit nouveaux établissements accrochent une étoile au guide Michelin 2016 en Auvergne Rhône-Alpes.

Chaque année, le guide rouge apporte son lot de joies et de larmes avec ses ajouts ou ses retraits d’étoiles. C’est encore vrai en 2016, et d’aucuns se demandent quelle est la stratégie du Michelin, certaines décisions leur semblant incompréhensibles, à Lyon… comme à Saulieu ! Malgré tout, Bibendum reste un incontournable, en particulier pour les étrangers.

En Rhône-Alpes, si rien ne bouge pour les « trois étoiles », la première étoile décernée à Jean-Alexandre Ouaratta (Le 1217 - Château de Bagnols) est pour nous plus que méritée. Nous écrivions à ce propos dans nos colonnes fin 2014 : « A n’en pas douter, on devrait bientôt revoir Jean-Alexandre la tête dans les étoiles, tant il est vrai que sa cuisine est inventive, délicate et très savoureuse ». A vous de juger…

A 35 ans, ce jeune et brillant chef d’origine réunionnaise ne reçoit que la salaire d’un métier qu’il exerce avec simplicité, gentillesse et surtout gourmandise. Une gourmandise non ostentatoire, qui fait la part belle aux produits de qualité, à leur juste cuisson et à leur assaisonnement parfait. Ses assiettes ont une allure artistique mais ne donnent pas dans le « m’as-tu vu ».

Lyon voit également l’arrivée de deux premières étoiles, que nous n’espérons pas filantes : le Passe Temps (Lyon 6e), avec un ancien élève de l’Institut Paul Bocuse d’origine coréenne, et Prairial (Lyon 6e). En ce qui nous concerne, nous regrettons que Jérémy Galvan (restaurant éponyme) et Imouto (Gaby Didonna) ne fassent pas encore partie de cette sélection.

Dans la région également, L’Esquisse (Annecy), Le Refuge des Gourmets (Machilly), Le Clocher des Pères (Saint-Martin-sur-la-Chambre), Raphaël Vionnet (Thonon-les-Bains) et Le P’tit Polyte (Au chalet Mounier - Venosc) obtiennent leur première étoile, alors qu’à Megève, Le 1920 de Julien Gatillon obtient une deuxième étoile méritée.

Pour sa part, l’Auvergne joue les parents pauvres de la distribution et subit une passe difficile.

Pour les « fines gueules » nous ne résistons pas au plaisir de redonner la liste exhaustive des « trois étoiles » autour de Lyon : La Bouitte, à Saint-Martin de Belleville en Savoie (René et Maxime Meilleur - 2015) ; Flocons de sel, à Megève en Haute-Savoie (Emmanuel Renaut -  2012) ; Pic, à Valence dans la Drôme (Anne-Sophie Pic - 2007) ; Georges Blanc, à Vonnas dans l'Ain (1981) ; Troisgros, à Roanne dans la Loire (Michel Troisgros - 1968) ;
Paul Bocuse, à Collonges-au-Mont-d'Or dans le Rhône (1965) ; Régis et Jacques Marcon, à Saint-Bonnet-le-Froid en Haute-Loire (2005).

Le guide Michelin France 2016 est disponible au prix de 24,90 €. Sélection et réservation possible sur les supports web et mobile de Michelin Restaurants et ViaMichelin




Michel GODET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer