AccueilEconomieGRTGaz confirme une légère baisse de la consommation en Auvergne-Rhône-Alpes

GRTGaz confirme une légère baisse de la consommation en Auvergne-Rhône-Alpes

Bien que la consommation de gaz ait été marquée par une légère baisse en 2017, rien n'indique que ce recul soit de nature à remettre en cause l'intérêt du gaz dans la démarche de transition énergétique.
GRTGaz confirme une légère baisse de la consommation en Auvergne-Rhône-Alpes
Photo DR

Economie Publié le ,

Pour Georges Seimandi, Délégué territorial Rhône Méditerranée de GRTgaz, le gaz souffre encore d'une notoriété sans rapport avec son poids réel dans la consommation énergétique des français et, surtout, sans rapport avec le rôle qu'il devrait jouer à l'avenir dans la démarche de transition énergétique engagée dans l'Hexagone. Même si, en 2017, la consommation a légèrement reculé (-0,8 %) en Auvergne-Rhône-Alpes. Ce recul est notamment dû à une baisse de la consommation des sites industriels (-2 %).

« Mais cela n'a rien à voir avec une désaffection pour cette énergie, assure Georges Seimandi. Les explications sont en partie conjoncturelles, avec les effets d'un hiver moins froid. Elles sont également liées aux questions que se posent certains sur la transition énergétique et sur la nature des investissements qu'ils devront réaliser pour la prendre en compte sur leurs sites. C'est notamment le cas dans la chimie, un secteur d'activité particulièrement développé dans notre région. »

En revanche, c'est bel et bien la démarche de transition énergétique engagée dans l'Hexagone qui incite Georges Seimandi à l'optimisme. « Le gaz peut et doit être un des principaux vecteurs de cette transition énergétique », poursuit-il. Cette adéquation se traduit d'ailleurs dès à présent par la montée en puissance des gaz verts. Ainsi, en 2017, les injections de biométhane dans les réseaux gaziers de GRTgaz ont triplé en Auvergne-Rhône-Alpes. « D'ores et déjà, nous avons une demi-douzaine de sites en service sur le territoire régional et 27 projets sont en cours d'étude », ajoute-t-il.

Une montée en puissance qui devrait se confirmer à l'avenir, puisque le gaz renouvelable injecté dans les réseaux français pourrait représenter près de 30 % de la consommation totale de gaz en 2030. « Une étude exploratoire, pilotée par l'ADEME et présentée le 30 janvier dernier aux Assises européennes de la transition énergétique, envisage même un mix de gaz 100 % renouvelable à l'horizon 2050 », conclut Georges Seimandi.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?