Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Pascal Marchand (PDG d'EuroCave) : "L'hyperspécialisation est notre gage de réussite"

Publié le - - Grand témoin

Pascal Marchand (PDG d'EuroCave) : "L'hyperspécialisation est notre gage de réussite"

A la tête d'EuroCave (31 M€ de CA en 2019, +7% de croissance) depuis 2010, Pascal Marchand a traversé avec ses équipes (155 collaborateurs) la crise du Covid avec l'objectif de maintenir une production et une distribution à la hauteur de la qualité de la gamme de caves à vins qu'elle propose. Seul acteur sur ce segment en France, le groupe (qui appartient à Qualis depuis 1996) basé à Villeurbanne et qui possède deux sites de production, en Isère et dans les Hauts-de-France), poursuit son développement dans l'hyperspécialisation, malgré le contexte mais est dopé par une farouche envie de parfaire son oeuvre dans « la durabilité programmée du vin ».

Comment avez-vous vécu cette crise du Covid ?

Avec 80 % de notre activité à l'export, nous avons dû gérer la crise, tour à tour, sur les continents asiatique, européen puis américain. A partir de décembre, nous avions déjà senti les soubresauts liés au Covid. Il a donc fallu s'organiser, zone géographique par zone géagraphique selon des modèles différents, je pense notamment aux relations avec nos distributeurs locaux qu'il a fallu rassurer. Ce sont des relations qui pour certaines datent de 40 ans. Il était donc normal de montrer que nous étions présent malgré les évènements.

"La R&D est stratégique dans nos métiers"

Justement, quel a été votre niveau d'activité pendant ces six derniers mois ?


Nous n'avons fermé qu'une seule semaine, le temps d'organiser notre stratégie de crise. Il nous paraissait indispensable au niveau de la direction de poursuivre notre production. Je dois dire que les équipes ont toutes répondu présentes. Je qualifierais cette période d'enthousiasmante tant les collaborateurs se sont mobilisés pour aller de l'avant.


Nos deux sites unique français de production (NDLR : Fourmies dans les Hauts de France et Chavanoz en Isère) ont donc fonctionné à plein régime une fois que l'organisation en interne a été validée. Nous avons dû nous débrouiller dans un premier temps pour nous équiper en masques, visières et autres éléments de protection sanitaire. Nous avons maintenu ainsi un certain niveau d'activité : 100 % aux Etats-Unis, 60 % en Europe du Nord et Asie et pas loin de 0% en Europe du Sud. Nos caves sont construites avec des éléments tous fabriqués en France. Nous avons connu quelques difficultés d'approvisionnement de pièces, c'était un vrai challenge logistique et de transport.

Nous avons eu de bonnes surprises avec un pic de ventes de notre gamme de cave « Royale » auprès des particuliers. Une commercialisation qui a même dépassé nos objectifs de 2020. Une conséquence au confinement avec près de la moitié des habitants de la planète qui se sont retrouvés chez eux. Ce qui a engendré un certain regain d'intérêt pour la cuisine à domicile, l'équipement de biens (mobilier, décoration, appareils technologiques). Un bon appel d'air tandis que le prix cette cave est de 12 500 €.


Nous avons pu bénéficier du chômage partiel pour une partie des salariés tandis que nos opérateurs dans les usines et les ressources humaines étaient à pied d'oeuvre pour gérer respectivement la production et le traitement des salaires. Par ailleurs, nous avons maintenu la recherche et développement, un secteur très stratégique dans notre activité car nous élaborons des produits haut de gamme. Cette partie possédant beaucoup d'inertie, il était indispensable de pas geler ce processus de R&D.

« Nous veillons à ce que le travail extraordinaire qui est mené par les vignerons et les producteurs reste sublimé une fois que le vin est mis en bouteille »


Comment décririez-vous votre métier ?


EuroCave existe depuis les années 60 et a développé une certaine notoriété grâce à des équipement fiables et robustes qui sont présents chez les cavistes, les restaurateurs, les hôtels et les particuliers. Si le travail du vin et de la vigne est largement connu à travers la littérature, notamment spécialisée, celui lié à la conservation du vin reste mal connu voire méconnu. De nombreux mots français liés à la viticulture ont ainsi su s'exporter mais pas celui de l'élevage qui reste compliqué à appréhender… Nous veillons à ce que le travail extraordinaire qui est mené par les vignerons et les producteurs reste sublimé une fois que le vin est mis en bouteille. Humidité relative, vibrations, ultras-violets, qualité de l'air… Autant de points cruciaux sur lesquels nous travaillons dans l'élaboration de nos caves. Nous oeuvrons en quelque sorte à la durabilité programmée du vin.

A la marge, certains secteurs utilisent aussi nos caves pour conserver des produits sensibles, par exemple des colles composites (secteur de l'aérien pour les hélicoptères) ou du plasma (secteur hospitalier).


Quelles sont vos perspectives en cette année particulière ?


Notre chiffre d'affaires 2020 s'établit à 31 M€, en croissance de 7 % par rapport à l'exercice précédent, avec 80 % de CA à l'export, équilibrés entre l'Asie, l'Europe et les Etats-Unis. Nos projections financières restent difficiles aujourd'hui à établir même si nous sommes parvenus à maintenir 85 % d'activité à fin août. Notre objectif est de préserver l'ensemble de nos emplois. Le développement de nos produits est une condition absolue au maintien de notre positionnement haut de gamme qui fait notre renommée. Pas moins de 30 paires de mains agissent dans la production d'une cave, quel que soit le modèle de la gamme. Autant dire que l'humain est au coeur de notre modèle économique. Nous avions 10 000 raisons de tout arrêter et seulement deux ou trois, viscérales, dont l'envie et la passion qui imprègnent notre ADN pour poursuivre l'aventure.

Nous avons obtenu un prêt garanti par l'Etat de la moitié de ce que nous avions demandé initialement. L'idée est d'en rembourser rapidement une partie et l'autre échelonnée sur 3 à 5 ans en fonction des revenus que nous aurons générés.

« Le secret d'EuroCave, c'est notre hyperspécialisation »

Comment expliquer que vous soyez un si petit nombre d'acteurs sur le marché des caves ?

Nous sommes environ 40 à travers le monde, une trentaine établie en Chine et qui vend des produits issus de leur activité originelle celle des réfrigérateurs. En Europe, nous sommes 4 dont EuroCave, le seul acteur français positionné sur le haut de gamme. Les gens attendent de nous des produits fiables sur la durée. Aux technologies embarquées s'associent des éléments de design car nos caves sont aussi devenues aussi des éléments de décoration.

Notre durabilité tient au fait que nous concevons, fabriquons et distribuons (Royaume-Uni, France, Allemagne et Chine), ce qui est un gage de sécurité. Le secret d'EuroCave, c'est notre hyperspécialisation.

Ses dates clés

2018 : Lancement de trois nouvelles familles de produits à haute valeur ajoutée dont la cave à vin Royale

2009 : Président du groupe EuroCave et Erard (toile fine)

1996 : Rachat d'EuroCave par le groupe d'investisseurs Qualis

1976 : Création d'EuroCave




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer