AccueilSpectacle vivantGounod aux bons soins de Boris Grappe

Gounod aux bons soins de Boris Grappe

Laurent Pelly dynamite Le Médecin malgré lui, opéra-comique de Charles Gounod d'après Molière, dans une mise en scène drôle inspirée par le cinéma comique des années 1960.
Gounod aux bons soins de Boris Grappe
© Carole Parodi - Boris Grappe, médecin malgré lui, baryton parce qu'il le veut bien

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Comédie de Molière, qui tord le cou aux hypocrites et au faux savoir, Le Médecin malgré lui a séduit Charles Gounod qui s’en empare dans un opéra-comique avec des airs bien troussés comme le fameux « Qu’ils sont doux vos jolis glouglous ». L’ouvrage reprend le texte de la pièce auquel les librettistes Barbier et Carré ajoutent les passages chantés. Du pain béni pour Laurent Pelly qui signe des mises en scène à l’opéra comme au théâtre, même si cette alternance de texte et d’airs ressemble à une course d’obstacles pour les interprètes sollicités sur deux registres.
Pour réussir Le Médecin malgré lui, il faut un plateau de chanteurs-comédiens qui ont l’âge des rôles. Une distribution réunie par l’Opéra de Genève délocalisé à l’Opéra des Nations (dans le quartier des Nations Unis) pendant les travaux de réfection du Grand Théâtre. Achetée à la Comédie-Française, cette salle entièrement construite en bois devrait être ensuite démontée et revendue, probablement à un Pays du Golfe. Ce détail à son importance puisque Chantal Thomas, qui singe les décors s’inspire de ce cadre pour construire ce qui ressemble à des décors pour un film français des années 60, entre les Branquignols et la revue de Montmartre.
Dans ce décor, Laurent Pelly dirige ses interprètes comme des marionnettes, cherchant l’effet comique et le gag pour donner du rythme à une partition plombée par la direction monochrome de Sébastien Rouland à la tête de l’Orchestre de la Suisse Romande qu’on a entendu plus raffiné. Sur le plateau, le baryton Boris Grappe (Sgnarelle) domine, de la voix et des jambes, une jeune distribution qui prend plaisir à cette surenchère comique et à révéler les secrets d’une musique plus savante qu’il n’y paraît.


Théâtre des Nations à Genève, jusqu’au 16 avril.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?