AccueilEconomieGeoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "La décarbonation est un enjeu de compétitivité"

Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "La décarbonation est un enjeu de compétitivité"

Le Medef a sonné l’heure de la rentrée économique en organisant les 29 et 30 août, la Rencontre des entrepreneurs de France (REF) à l’hippodrome de Paris Longchamp. Son président, Geoffroy Roux de Bézieux s’est largement exprimé sur les enjeux, notamment énergétiques, qui animent les entreprises, sur fond de conflit entre l’Ukraine et la Russie.
Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "La décarbonation est un enjeu de compétitivité"
© Julien Thibert

Economie Publié le ,

Votre réaction suite à la demande d’Elisabeth Borne d’un plan de sobriété que doivent mettre en place les entreprises ?

On n’a pas attendu ces injonctions et ce plan de sobriété pour réagir. Car par construction, la sobriété équivaut à faire des économies, et les entrepreneurs qui ont vu gonfler leur note d’énergie depuis le début d’année se sont déjà mobilisés. La situation des entreprises sur ce point reste très variable mais les augmentions sont d’une brutalité inouïe, multipliée jusqu’à 5 pour certaines. Cela représente par exemple pour la grande distribution 1 tiers de la marge.

La première ministre a évoqué un scénario catastrophe ou la Russie arrête les livraisons de gaz avec un hiver rigoureux et où l’on n’aurait pas réussi collectivement l’effort de sobriété sur nos consommations d’énergie. Il faut donc préparer un plan de rationnement même s’il faut tout faire pour éviter le mettre en place. Il est nécessaire de donner de la souplesse aux entreprises, afin qu’elles puissent arrêter par exemple tel site ou tel autre. La solution de bourse entre les entreprises pour la revente d’énergie, sur laquelle nous travaillons est aussi une piste. Il y a un autre un sujet sur l’énergie avec le phénomène de pics de consommation. On peut imaginer des systèmes où l’on travaillerait plus tôt ou plus tard, en évitant ainsi d’arrêter des usines ou fermer des bureaux. Je le redis, la décarbonation reste un enjeu de compétitivité

Vous entamez votre dernière année de mandat ? Dans quelétat d’esprit êtes-vous ? Avez-vous pu emmener le Medef là où vous vouliez l’emmener ?

Je n’ai pas changé d’état d’esprit, je serai président du Medef jusqu’au mois de juillet 2023. Nous sommes dans une situation économique et politique compliquée, avec des enjeux extrêmement durs. Je resterai donc concentré sur l’action jusqu’au bout de mon mandat. Après est-ce que j’ai emmené le Medef là où je voulais l’emmener. On n’arrive jamais à amener une organisation là où l’on veut mais je pense qu’il y a une évolution forte qui semble être comprise par nos adhérents, par les chefs d’entreprise et même par les Français.

La réforme de l’assurance-chômage ne semble pas être possible…Qu’en est-il exactement ?

Nous avons entamé beaucoup de discussion en particulier avec la CFDT sur ces sujets d’indemnisation et nous avons une divergence de vue sur le diagnostic. Nous pensons qu’il faut raccourcir la durée d’indemnisation lorsqu’il y a beaucoup d’emploi disponible et la rallonger quand le marché du travail se retourne. Nous nous retrouvons aujourd’hui dans une seringue de négociation dont on sait qu’elle n’aboutira pas. Or, il faut avoir des points de convergence pour commencer à discuter. Il est donc légitime que l’Etat reprenne la main.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 octobre 2022

Journal du01 octobre 2022

Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?