AccueilEconomieEntreprise de la semaineGenOway prêt à apporter son expertise face aux enjeux de santé publique

GenOway prêt à apporter son expertise face aux enjeux de santé publique

GenOway prêt à apporter son expertise face aux enjeux de santé publique
Alexandre Fraichard, DG de genOway

EconomieEntreprise de la semaine Publié le ,

Au cours des dernières années, genOway a mis en œuvre une nouvelle stratégie basée sur le développement modèles de recherche sur catalogue (c.a.d standardisés vs. des modèles sur mesure auparavant) sur le segment de l'immuno-oncologie. Pour accompagner cette dynamique, un premier contrat pluriannuel de distribution avec le groupe chinois Cyagen, leader en Asie dans la conception de modèles génétiquement modifiés, a été conclu début 2020, validant cette nouvelle démarche business. Dans cette perspective, la société a renforcé sa structure financière en janvier dernier avec une levée de fonds de 6,2 M€.

La crise du Coronavirus, d'abord en Chine puis désormais en Europe et aux Etats-Unis, et les mesures d'urgence prises dans le cadre du confinement freinent aujourd'hui ce développement, mais sans remettre en cause les ambitions à moyen terme. Le déploiement commercial du contrat avec Cyagen subit un retard de plusieurs mois du fait de la pandémie, mais toutefois sans impact financier à court terme pour genOway.

« Nous avons été perturbé comme beaucoup d'entreprises par les contraintes liées au confinement. Il a fallu réorganiser la production et les travaux de recherche. Sur nos 125 collaborateurs, la moitié effectuent désormais du télétravail, et il a fallu revoir la gestion des horaires, les approvisionnements, etc.» témoigne Alexandre Fraichard, co-fondateur et Directeur général de genOway.

En temps normal, les équipes de genOway travaillent de manière indépendante, chacune dans ses spécialités. La moindre présence physique des effectifs a toutefois conduit à l'établissement de nouveaux process. Une contrainte atténuée par des locaux aménagés originellement pour travailler en mode confiné (lié à l'activité de la société) et dont les salariés appréhendent de fait les usages et gestes d'hygiène et de sécurité inhérents à cette activité bio-médicale déjà très encadrée.

Alexandre Fraichard – DG de genOway : « Un manque criant d'investissements dans l'infectiologie »

Êtes-vous impacté financièrement par le ralentissement de votre activité ?

À ce jour, les conséquences estimées de la pandémie de Covid-19 et des mesures sanitaires sur l'activité de genOway demeurent limitées. Nous avons eu la chance de boucler notre levée de fonds de 6,2 M€, dont 1,7 M€ par augmentation de capital et 4,5 M€ par avances et financements bancaires, avant la crise du Coronavirus, ce qui rend nos finances saines avec près de 7,3 M€ de trésorerie disponible consécutivement à ces financements, et une dette nette limitée à 38% de nos fonds propres.

Comment jugez-vous la réponse française à la crise sanitaire que nous connaissons ?

Nous constatons depuis plusieurs années un manque d'investissement à tous les niveaux dans le domaine de l'infectiologie. Seuls l'Institut Pasteur et certains Charity Business ont maintenu un niveau de recherche et de développement minima.

Peut-on s'attendre à une prise de conscience du gouvernement en matière de santé publique à l'issue de la crise et des investissements à la hauteur des enjeux en matière d'infectiologie ? De quoi modifier votre stratégie de développement ?

La prise de conscience avait été déjà évoquée lors des épidémies de H5N1 ou du Sras… S'il y a véritablement une volonté forte, nous sommes prêts à apporter et développer notre expertise. Notre base scientifique historique est l'immuno-oncologie. Dans la lignée de notre développement il y avait l'infectiologie mais le manque d'investissements significatifs dans ce domaine ne nous a pas permis d'explorer ce segment prioritairement.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?