AccueilSociétéGastronomie - Flagrant délit de "sinophilie"

Gastronomie - Flagrant délit de "sinophilie"

Il est des adresses qu’on aimerait garder confidentielles.

ActualitéSociété Publié le ,

Des petits coins de paradis culinaire à apprécier dans l’intimité, à l’abri des regards. Le restaurant chinois niché rue Neuve, près de la place des Terreaux, fait définitivement partie de celles-ci. Lorsque l’on se plonge dans ce Carnet de Voyage, l’étonnement fait vite place au traditionnel sentiment de déjà-vu : point ici de surenchères bouddhiques, de tableaux kitchissimes ou d’aquariums où (sur)nage un poisson-chat à l’oeil vitreux… Ici, le décor est contemporain, sobre et soigné, baignant toutefois dans un halo verdâtre propre à ruiner vos efforts de maquillage lors d’un tout premier rendez-vous sentimental. Qu’importe cette légère fausse note, les Chinois de Lyon vous le diront : les établissements comme celui-ci sont bien trop peu nombreux. Il n’y a qu’à s’y rendre pour en avoir le coeur net. C’est bien simple, poussez la porte et vous n’entendrez plus parler que mandarin ! Spécialisée dans la cuisine des provinces du Yunnan et du Sichuan (extrême ouest du pays), la carte est alléchante. Les plus courageux se laisseront tenter par la langue de canard sauté, le rein ou les intestins de porc… Pour ma part, Occidentale civilisée, j’opte pour une exquise salade de champignons noirs et de fantastiques raviolis vapeur. Autant vous avertir : ça arrache ! Néanmoins, on ne saurait que trop vous conseiller les « nouilles qui traversent le pont », encensées par les fidèles de l’établissement. L’histoire de ce grand bol de bouillon fait d’ailleurs l’objet d’un bien joli conte : celui d’une épouse dévouée apportant chaque jour des nouilles de riz à son écrivain de mari, qui ne trouvait son inspiration qu’au coeur d’un îlot positionné au centre d’un grand lac. Cette longue traversée journalière avait pour conséquence le refroidissement irrémédiable du mets ; or, un jour, elle eut l’idée de lui adjoindre un bouillon de poule, dont la graisse permettait de préserver la chaleur du breuvage… Quand la maîtresse de maison en personne vous prépare ce plat en direct et sous vos yeux, positionnant pêle-mêle lamelles de boeuf, de crevette et de calamar dans l’eau bouillonnante, pas besoin d’être un ermite pour apprécier ces saveurs à leur juste valeur. Inutile, donc, de rajouter qu’une réservation ne serait point de trop pour décrocher son billet pour le voyage !


Charlotte Mounard

CARNET DE VOYAGE

15, rue Neuve,

Lyon 1er

Tél. 04 72 73 05 45

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?