AccueilActualitéSociétéGastronomie - Carmelina : l’italie en classe « business »

Gastronomie - Carmelina : l’italie en classe « business »

Atmosphère élégante et feutrée, moquette et feu de cheminée, il faut dire que l’écrin a de quoi charmer son public, une clientèle composée majoritairement d’actifs.

ActualitéSociété Publié le ,

Lorsqu’il reprend l’établissement en novembre dernier, Stéphane Bidois n’a qu’une idée en tête : se réapproprier ce lieu bien connu des Lyonnais, passé entre les mains de Sonny Anderson ou encore Marc Joly. Pour y parvenir, l’ancien directeur du Comptoir de la Bourse ne ménage pas ses ambitions. Et ça paie. Nouvelle déco, espaces réaménagés et carte alléchante : cet ancien hôtel particulier a désormais toutes les cartes en main pour devenir le « itresto » du 7e arrondissement. Parce que l’endroit est branché mais pas trop, pas donné mais pas non plus hors de prix, il se positionne sur un juste milieu qui limite les risques, tout en assurant ses arrières. Au coeur de cet espace généreux (une centaine de couverts à l’intérieur), vous n’aurez aucun mal à trouver de la place. Sans compter que les tables sont assez éloignées pour pouvoir se parler sans gêner le voisin. Sous la houlette du chef Yann Guizien, les grands classiques de la cuisine italienne se succèdent et donnent faim. Parce qu’elle pourra se faire plaisir sans exploser son régime, grâce à une cuisine à base de bons produits sans matière grasse inutile, Madame pourra se régaler des « plins » (ou ravioles) d’orties et marjolaine. Les plus gourmands pourront se jeter sur l’os à moelle gratiné aux cèpes et la pluma de Pata negra à la plancha… Sans oublier l’incontournable de la maison : la « Bianca », pizza généreuse recouverte de mozzarella fleur de lait et de jambon blanc truffé. Delicioso. Les desserts ne sont pas en reste : avec notre panettone façon pain perdu et le mille-feuilles aux cerises amaretto, le déjeuner se conclut de fort belle manière.

On attend les beaux jours avec impatience, pour pouvoir jouir de l’impressionnante terrasse répartie sur deux étages, qui sera totalement retransformée d’ici quelques années. Dans l’attente, Stéphane Bidois mise gros sur sa nouveauté : un simulateur de golf permettant aux hommes d’affaires de se détendre tout en tapant la balle sur un écran géant. Le premier de ce genre à Lyon… « Et pas le dernier ! »

Charlotte Mounard

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?