AccueilGastronomie / VinsGaëtan Bouvier, Meilleur Sommelier de France 2016

Gaëtan Bouvier, Meilleur Sommelier de France 2016

Gaëtan Bouvier, Meilleur Sommelier de France 2016
© DR - Gaëtan Bouvier, la fierté lyonnaise

Art de vivreGastronomie / Vins Publié le ,

Les phases finales du 29e concours du Meilleur Sommelier de France se sont déroulées à Toulouse les 6 et 7 novembre. Parmi neuf professionnels retenus sur l'ensemble de l'Hexagone, Gaëtan Bouvier a su faire la différence au terme d'une série d'épreuves allant de la simple manipulation d'une carafe aux connaissances théoriques les plus pointues. « Plus je réfléchis, et plus je me rends compte que la moindre de mes expériences a compté et m'a permis d’arriver jusqu’ici. » Avec l'enthousiasme et la fraîcheur qui le caractérise, il revient sur le parcours qui l'a mené à succéder à Jonathan Bauer-Monneret, lauréat 2014 de ce prix biennal.
Né au pays de Berlioz, dans le petit village de Thodure, Gaëtan grandit en milieu rural. Quand vient l’heure de se choisir un métier, il se dirige vers la cuisine et décroche son BTS à l’école hôtelière de Grenoble. Pour autant, ce jeune homme épris de sociabilité peine à s'épanouir pleinement côté fourneaux. Lui manquent le contact avec la clientèle, les échanges, le partage, au point qu'il décide soudain de changer de voie pour se livrer tout entier aux vins, une passion grandissante. Sa nouvelle vocation, la sommellerie, lui ouvre progressivement les portes des établissements étoilés : l’Hôtel Royal, à Evian, puis le Majestic Barrière à Cannes, où il effectue son premier poste en tant que chef sommelier. Il n’a que 22 ans. Nostalgique de sa région, il finira par rejoindre la Villa Florentine fin 2008. Huit ans plus tard, cet amoureux de côte-rôtie (on ne renie pas ses racines) officie toujours dans la maison lyonnaise, auréolé cette fois de l'un des plus prestigieux prix de sa profession.
Cette évolution, fulgurante, ne justifie en rien son inscription au Meilleur Sommelier de France. Pas vraiment « bête de concours » dans l’âme, le garçon a la victoire modeste. « Au départ, la compétition n'était pas mon objectif. Je l'ai davantage envisagée comme un moyen de me tester... Un bilan de compétences en quelque sorte ! Mais si je me suis inscrit, c'est que je me croyais en mesure de le réussir. J'aime passer à l'action quand je suis prêt, et pour cela je prends le temps qu'il faut. » Au final, 4 ans de préparation auront été nécessaires. 4 ans rythmés par la patience et la rigueur, au cours desquels il révise tous ses fondamentaux. « Coaché » par ses amis MOF sommeliers Chambost, Derhé, Verneau ou encore Troussard, il apprend la nécessité de se formater aux règles d'un concours. Mais l'accès à la plus haute marche du podium, Gaëtan la doit selon lui à son penchant naturel à sortir du cadre : « Je connaissais tous mes concurrents et leurs parcours impressionnants. Ils étaient bien sûr tous aussi méritants que moi, mais je pense honnêtement que ma spontanéité m’a aidé à faire la différence. Et jusqu'au bout je suis resté concentré, n'oubliant jamais que c'était pour moi que je me battais, pas pour les autres ».
Jouissant aujourd'hui d'une nouvelle notoriété, le voici désormais encouragé à franchir l'étape supérieure, Meilleur Sommelier du monde, et suivre les pas de Faure-Brac et Poussier. « J'y pense, forcément, mais là encore, je préfère prendre le temps de faire les choses, tempère le jeune lauréat. Le prix que je viens de recevoir vous ouvre des portes et bouscule forcément votre quotidien. Ça fait grandir, mais gare à ne pas se brûler les ailes. »

Tristan Ringenbach reçoit le prix Expert Madère

Deux Lyonnais pour le prix d'un ! Aux côtés de son copain Gaëtan Bouvier, Tristan Ringenbach confirme que la capitale des Gaules était aussi reine de France en ce 7 novembre. Le caviste propriétaire de Triovino (Lyon 2e) remporte le premier prix Expert Madère, une épreuve spécifique de connaissance des vins de Madère organisée en parallèle du concours MSF. À 39 ans, cet Alsacien d'origine possède un joli tableau de chasse : Meilleur Jeune Sommelier de Bourgogne en 2004, finaliste du Trophée Ruinart du Meilleur Jeune Sommelier de France - remporté l'année suivante par Manuel Peyrondet - et demi-finaliste du MSF en 2008, lui aussi décroché par Peyrondet. Cette année encore, Tristan faisait partie des 9 derniers candidats au titre de Meilleur Sommelier de France.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?