AccueilLa Start-up qui change votre quotidienFundy valorise les start-up françaises

Fundy valorise les start-up françaises

Fundy sélectionne, teste et commercialise les produits innovants financés sur les plates-formes de crowdfunding. La start-up lyonnaise les valorise aussi via des boutiques éphémères.
Fundy valorise les start-up françaises
Photo DR - La boutique Fundy place Bellecour

EconomieLa Start-up qui change votre quotidien Publié le ,

Depuis septembre 2016, il est possible de se procurer facilement un produit qui a été financé sur une plateforme de crowdfunding. "Il n'était pas évident pour le consommateur de retrouver ces produits ou de les acheter ultérieurement. Désormais, ils peuvent les retrouver sur notre plateforme en ligne ou dans nos boutiques éphémères", explique Mathilde Yagoubi, co-fondatrice de Fundy.

La start-up source les produits, essentiellement ceux de start-up française, les teste, s'assure de pouvoir en disposer d'une certaine quantité puis les référence (300 actuellement dans l'hi-tech, la mode, les accessoires, la décoration, la gastronomie, les jeux et les produits culturels) sur son site de vente en ligne. "Mais le consommateur a besoin d'être rassuré face à l'innovation. C'est indispensable pour déclencher l'acte d'achat", estime-t-elle.

Fundy a choisi d'utiliser le levier de la boutique éphémère : quelques jours aux Galeries Layette, autant dans le 6e arrondissement et une boutique de plusieurs semaines place Bellecour, ouverte jusqu'au 14 janvier 2017. "Nous repensons nos collections et notre aménagement à chaque fois. L'idée, c'est de se renouveler à chaque ouverture de boutique", indique-t-elle. En une semaine, le site avait accueilli près de 1 000 personnes et enregistré 150 ventes sur les 5 premiers jours. "Pour le moment, le chiffre d'affaires cumulé des boutiques dépasse la vente en ligne", annonce la co-fondatrice.

L'année prochaine, Fundy espère ouvrir au moins 10 boutiques éphémères en France et à l'étranger, en privilégiant les pop-up à l'intérieur d'un magasin et les zones qui n'ont pas accès à ce type de produit. "C'est plus facile de les trouver quand on habite à Paris qu'à Marseille", conclut-elle. La start-up vise un chiffre d'affaires de 150 000 € en 2017

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?