AccueilEconomieServicesFranck Morize : "Il faut rappeler la vocation syndicale de la CPME"

Franck Morize : "Il faut rappeler la vocation syndicale de la CPME"

La CPME du Rhône a interpellé le 9 juin à Lyon, les 5 principaux camps politiques dont les candidats se présentent aux législatives. L’occasion pour son nouveau président Franck Morize (officiellement en poste au 1er juillet) de rappeler la vocation militante du syndicat patronal.
Franck Morize prendra ses fonctions de président de la CPME du Rhône le 1er juillet
© DR - Franck Morize prendra ses fonctions de président de la CPME du Rhône le 1er juillet

EconomieServices Publié le ,

Quel est l’objectif principal de cette interpellation des candidats aux Législatives ?

Il était important de rappeler la vocation première de la CPME : le syndicalisme. Au-delà de nos offres de services et d’accompagnement de nos adhérents, nous sommes des militants avant tout et il est toujours bon de le démontrer lors de ce type d’échéance. Il est important aussi de rappeler que nos TPE-PME représentent 98 % entreprises en France. C’est ça la réalité et nous le revendiquons. La CPME a ainsi rédigé un livre blanc baptisé « Cap France » qui contient 76 propositions que nous voulions présenter aux candidats locaux.

A ce jour, dans quel état d’esprit sont les chefs d’entreprises ?

La situation est plus difficile qu’on ne l’imaginait. Le quotidien des chefs d’entreprise est fait de crises, d’aléas et de surprises… Alors que les entreprises, dans leur globalité s’étaient bien sorties de la crise covid. Nous constatons ainsi une augmentation des procédures collectives, et des secteurs de l’industrie et du bâtiment notamment impactés par la pénurie de matériaux, de matières premières et par le coût de l’énergie. Il faut aussi noter des réalités très différentes au sein de mêmes filières.

Quels sont les combats que vous voulez mener ?

Il faut d’abord légiférer en fonction de la taille des entreprises et non pas en fonction des secteurs d’activité. Notre mobilisation en faveur des PME doit se poursuivre car elle a déjà payé. Citons, le taux réduit d’IS de 15 % jusqu’aux 38 120 premiers euros de chiffre d’affaires, la suppression de la certification des comptes pour les entreprises qui ont un chiffre d’affaires inférieur à 8 M€, ou encore la suppression pour elles d’un impôt de production, en l’occurrence la contribution sociale de solidarité (C3S). Toutes ces victoires ne sont pas anodines et nous poussent à poursuivre nos actions.

Quelles sont aujourd’hui vos principales revendications ?

Le sujet de la valeur travail nous anime particulièrement. Le taux d’activité est en cela un vrai sujet de pouvoir d’achat. Nous proposons ainsi le retour à la désocialisation et à la défiscalisation des heures supplémentaires entre la 36e et la 39e heure, pour répondre à deux enjeux d’actualité : la pénurie de main d’œuvre dans nos entreprises mais également la problématique du pouvoir d’achat pour leur salarié. Dans le même ordre d’idée, nous venons de proposer que la prime Macron puisse être distribuée en plusieurs fois, les Pme n’ayant pas toujours la trésorerie nécessaire pour le faire en une fois.

Livre blanc

En mars, la CPME a publié un livre blanc, baptisé « Cap France » avec 76 mesures pour la France, ses entreprises et ses territoires. Objectif : interpeller les pouvoirs publics mais aussi réaffirmer la mission syndicale de l’organisation patronale qui rassemble 243 397 entreprises adhérentes. « L’entreprise est un pilier de la société française. Elle participe à la création de richesses, donc d’emplois, elle finance la protection sociale et offre un lien social irremplaçable. Pour autant, elle ne peut à elle seule régler tous les problèmes de la société » explique François Asselin Président de la CPME. La Confédération des PME est présente sur tout le territoire national avec 117 unions territoriales, départementales et régionales. Elle rassemble également plus de 110 fédérations professionnelles de l’artisanat, du commerce, de l’industrie et des services. Du micro-entrepreneur à l’ETI, de l’agroalimentaire aux professions libérales et à l’économie sociale et solidaire, la CPME se présente aussi comme l’organisation des dirigeants et des entrepreneurs patrimoniaux.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?