AccueilCollectivitésFrance eau publique réuni à Lyon, tout un symbole

France eau publique réuni à Lyon, tout un symbole

A deux mois du passage en régie publique du service de l'eau potable de la métropole de Lyon, la collectivité a accueilli mardi 25 et mercredi 26 octobre l'assemblée générale du réseau France eau publique.
Anne Grosperrin, Bruno Bernard et Christophe Lime. Entre la Métropole de Lyon et le réseau France eau publique, des synergies émergent.
© Julien Verchère - Anne Grosperrin, Bruno Bernard et Christophe Lime. Entre la Métropole de Lyon et le réseau France eau publique, des synergies émergent.

Collectivités Publié le ,

A deux mois du passage du service de l’eau potableen régie publique dans la Métropole de Lyon, celle-ci a accueilli mardi 25 et mercredi 26 octobre l’assemblée générale du réseau France eau publique sous la présidence de Christophe Lime, élu de Besançon.

"Nous avons créé cette association il y a une dizaine d'années, considérant que la gestion publique de l'eau n'était pas représentée au niveau français", a expliqué l'élu local à l'occasion d'un point presse. Rappelant au passage le particularisme français en matière de gestion du service de l'eau par des entreprises privées, héritières des deux grandes prionnières que furent la Lyonnaise des eaux et la Générale des eaux.

Au-delà de la coopération entre collectivités à l'échelle hexagonale et du dialogue parisien avec les ministères, France eau publique fait également oeuvre de lobbying à Bruxelles au travers d'Aqua Publica Europea.

Régie publique de l'eau : la Métropole de Lyon veut défendre "un bien commun"

"Ces deux journées à Lyon nous permettent de découvrir de l’intérieur des démarches particulièrement innovantes et de nous inspirer mutuellement, tant en matière de ville perméable que de prospective et d’anticipation", a résumé Christophe Lime, heureux de voir la Métropole de Lyon (mais aussi celle de Bordeaux) rejoindre au 1er janvier 2023 le mouvement né à Grenoble et entretenu à Nice, Paris, Rennes ou Montpellier : "On pèse désormais 15 à 16 millions d'habitants sur l'eau, un peu moins sur l'assainissement."

Occasion pour Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon ("la politique de l'eau est l'une de nos priorités, si ce n'est la première d'entre elles"), et Anne Grosperrin, vice-présidente au cycle de l'eau et présidente d'Eau publique du Grand Lyon, de rappeler les enjeux majeurs de ce changement au robinet.

"Le fondement de ce passage en régie publique, c'est la reprise en main, la maitrise des services publics. Il faut réinternaliser les compétences pour disposer de la pleine maitrise technique. C'est stratégique face aux crises succesives à traverser", a plaidé Anne Grosperrin, selon laquelle "il est essentiel que les citoyens reprennent leur place dans la gestion de ce bien commun".

L'accueil des travaux de France eau publique à la Métropole de Lyon constitue une preuve supplémentaire de l'attachement de la majorité écologiste au sujet, qui entend en faire un symbole de son mandat.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?