AccueilEconomieFintech : Lyon place financière et technologique ?

Fintech : Lyon place financière et technologique ?

Et si Lyon devenait une place forte de la fintech française ? Une idée promue par Alain Clot, président et co-fondateur de France FinTech, venu récemment en « repérage » entre Rhône et Saône.
Alain Clot, président de France FinTech
© J .T - Alain Clot, président de France FinTech

Economie Publié le ,

Que représente le secteur de fintech en France ?

La fintech est le premier écosystème de la tech française, c’est un tiers du Next 40, c’est 40 000 emplois, 11 licornes. (Contre 7 en Allemagnes, Ndlr). C’est donc un secteur d’excellence. Deuxième point, la finance et la tech qui ont tendance à se regrouper en région parisienne, possèdent malgré tout, des pôles forts en région, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes, précisément à Lyon, qui concentre 10 % de l’écosystème français et représente donc une place très prometteuse, avec 11 sièges de fintech et une bonne trentaine d’acteurs qui ont ouvert des bureaux localement. D’autre part, cette place lyonnaise concentre un bassin de clients ainsi qu’un gisement de capital risque très importants. Soit par des family office, des business angels ou des fonds d’investissements. Le bassin de compétence est ici exceptionnel, et ça compte, avec des profils très recherchés de codeurs, des spécialistes de l’algorithme ou des sciences cognitives.

Pourquoi étiez-vous présent au Forum Fintech de Lyon ?

France Fintech a organisé la deuxième édition de la French Fintech Week qui a eu lieu du 14 au 21 octobre dernier. Soit 10 jours d’évènements autour des sujets de crowdfunfing, d’assurtech ou d’actifs numériques. Dans ce contexte, nous avons soutenu plusieurs initiatives locales. Et Lyon a toute sa place dans cette dynamique car c’est vraisemblablement l’un des tout premiers bassins de notre écosystème qui peut permettre l’émergence d’une véritable plateforme, fruit de la symbiose de plusieurs catégories d’acteurs : des élus mobilisés, un monde académique engagé avec un duopôle Lyon-Grenoble exceptionnel, un tissu d’entreprises traditionnelles dense comme les banques ou les assureurs qui ont de vrais centres de décision. Sans oublier un écosystème de start-up formidable. Des évènements comme le Forum Fintech organisé récemment par Lyon Place Financière est en cela fédérateur et très précieux.

Face à cette dynamique, l’aspect réglementaire lié aux crypto-actifs, à des modes de financement alternatifs ne freine-t-il pas vos ambitions ?

Deux tendances durables se dessinent : la banalisation des services financier de la part des plus jeunes générations qui ne comprennent pas pourquoi elles ne pourraient pas consommer ce type d’offre comme elles consomment le streaming, la musique ou le transport. Cela doit passer par une application, être simple d’utilisation et parler leur langue.

Dans le même temps, la finance ne peut pas être un service comme les autres, parce que 90 % des activités de fintech sont régulées. C’est essentiel car il faut protéger le consommateur, l’investisseur et l’emprunteur en même temps que protéger l’équilibre et l’intégrité du marché. Ça peut surprendre mais nous sommes pro-régulation parce qu’un accident n’est pas admissible.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 04 février 2023

Journal du04 février 2023

Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?