Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Fiat 500X Sport 150 ch : finition et agilité en hausse

le - - Automobile

Fiat 500X Sport 150 ch : finition et agilité en hausse

Après avoir été sérieusement remodelée l'an dernier - look, gamme plus resserrée et motorisations -, le SUV urbain de Fiat gagne à présent une inédite et attractive exécution Sport, qui ajoute aussi, en 150 chevaux, un peu d'agilité supplémentaire au châssis.

Toujours porté par le formidable succès de la mini citadine 500, qui alimente sa croissance en France comme en Europe, où elle se classe en tête des ventes de sa catégorie, Fiat a également su pousser son 500X dans cette spirale du succès. En assimilant, avec talent et à-propos, l'allure générale de ce SUV urbain plus volumineux - 4,26 m de long contre 3,55 m - dans celle de son inspiratrice.

Commercialement bien revigoré par un profond remodelage appliqué durant l'été 2018, quatre ans après son lancement, le 500X y a même gagné dans l'affaire les deux blocs essence turbo à injection directe dits « FireFly » qui l'animent désormais, composés d'un 3 cylindres 1 litre T3 de 120 chevaux avec boîte 6 vitesses, et d'un 4 cylindres T4 1,3 litre de 150 chevaux, accouplé d'office à une boîte auto à double embrayage DCT 6 rapports. Pour leur part, les deux diesel (1.3 Multijet 95 chevaux et 1.6 Mtj 120 chevaux (en boîte 6 ou DCT) ont été maintenus.

À présent, Fiat complète ces dispositions progressistes en ajoutant aux quatre finitions existantes, une cinquième exécution Sport. Explicite dans sa philosophie, elle joue la carte du « bodybuilding », au travers d'une quinzaine de reprises de détail sur la carrosserie. Comme la mention chromée « sport » apposée sur les flancs des ailes avant, l'arrivée d'une teinte exclusive Rouge Sport (700 €) en complément de la palette habituelle, la généralisation du gris satiné en lieu et place des éléments chromés (moustache de calandre, coque des rétros, poignées de porte, etc.), ou encore bas de caisse et arches de roue passés ton caisse. Face avant et bouclier arrière (avec diffuseur et double sortie d'échappement chromée) personnalisent également cette finition, pourvue de jantes alliage de 18 pouces. Mais des 19 pouces chaussant d'imposants Dunlop Sport Maxx de 235/40 R 19, sont en option. Et dans les deux cas, la garde au sol est rabaissée de 13 millimètres, suffisant pour renforcer l'assise de l'auto.

À l'intérieur, le Gris Titane domine et la sellerie des sièges avant a aussi été rendue plus enveloppante. Mais seule le recours à l'option Pack Sport (600 €) permet d'exprimer la quintessence de cette version, avec pédalier en aluminium et volant à méplat partiellement garni d'Alcantara, ce daim synthétique recouvrant alors aussi la casquette de l'instrumentation.

Proposée sur l'ensemble de la gamme, la finition Sport (à partir de 25 990 €) accentue sa différence sur la plus puissante motorisation T4 150 chevaux (28 990 €), où la direction comme la suspension bénéficie de réglages spécifiques. Et à son volant, comparativement aux autres finitions de même puissance, on sent d'emblée le roulis plus contenu en montagne et la directivité plus précise. Et en accélérant la cadence sur ce terrain aux sinuosités accusées, la 500X Sport enroule également un peu mieux la trajectoire, en reculant la tendance du SUV Fiat - et de ses pairs - au sous-virage (en braquant fort, l'auto a tendance à aller tout droit).

Toutefois, le meilleur groupe moto-propulseur de la 500X Sport conserve ses caractéristiques d'origine en s'avérant assez creux en-dessous des 1 800 tours-minute. Simultanément, la boîte auto DCT, sans mode de conduite « sport », monte d'un rapport au moindre levier de pied (et les palettes au volant sont en option, 200 €). Ces deux traits de personnalité, fruits d'un compromis technique facilitant la conduite au quotidien par tout un chacun, brident alors quelque peu les capacités sportives de la 500X Sport, malgré son châssis plus rigoureux. Inversement, cette version plus ludique n'en conserve pas moins les qualités du modèle dans la circulation routinière. Avec, à la clé, une agréable douceur de conduite, une belle discrétion acoustique du moteur tant qu'on ne le sollicite pas pleinement, qu'escorte une sobriété de bon aloi à rythme tempéré. Le tout dans un confort de suspension globalement élogieux, malgré quelques raideurs sur les plus fortes saignées de la chaussée.

Fabriqué à Melfi, en Italie, le 500X se positionne actuellement au cinquième rang des ventes des SUV urbains sur l'Hexagone. Avec deux particularités. D'abord, de mettre le diesel au prix de l'essence. Et ensuite, de rallier à lui la clientèle féminine, 47,2 % des propriétaires du modèle étant des conductrices, un pourcentage supérieur à la moyenne de la catégorie (36,3 %). La finition Sport vise donc aussi à attirer davantage l'attention des conducteurs.




Philippe DALASSIO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer