AccueilCultureSpectacle vivantThéâtre aux Subsistances /Feydeau versus Zerep

Théâtre aux Subsistances /Feydeau versus Zerep

Les Subsistances accueillent la nouvelle production de la turbulente compagnie du Zerep, découverte ici-même, une adaptation de On purge bébé de Feydeau.
Théâtre aux Subsistances /Feydeau versus Zerep
Philippe Lebruman - Purge, baby, purge par la compagnie du Zerep

CultureSpectacle vivant Publié le ,

La compagnie du Zerep va encore frapper. Cette compagnie qui s'ingénie à dynamiter tous les codes du théâtre, et même de la représentation en général s'empare de Feydeau. Mais pas n'importe qu'elle pièce du grand maître du vaudeville Georges Feydeau, non, une pièce particulièrement corrosive et impertinente, qui transforme le vaudeville en farce caricaturale, On purge bébé. Il faut savoir que le dramaturge a écrit sa pièce alors qu'il était en plein divorce, un divorce qui ne sera consommé que 6 ans plus tard, et que ses pièces d'alors en portent la marque, devenant de plus en plus critiques sur la société petite-bourgeoise qu'il connaît si bien.

« La compagnie du Zerep n'en est pas à son coup d'essai en matière de 'théâtre de répertoire'. Déjà, Alfred de Musset (Laisse les gondoles à Venise en 2005) et Witold Gombrowicz (Gombrowiczshow en 2008) sont passés sous les fourches caudines de la ré-interprétation zerepienne » écrivent les deux complices du Zerep, Sophie Perez (d'où Zerep) et Xavier Boussiron, croisé et intégré 10 ans après la création de la compagnie. On ne doute pas un instant que cette pièce déjà bien caustique, rebaptisée pour l'occasion, Purge, baby, purge, va prendre une autre dimension, mais bigre, on se demande bien laquelle.

Après le désossage méthodique de Musset, l'exégèse de Gombrowicz voilà que Feydeau est envisagé comme « l'inventeur d'un riff imparable ; ce riff, c'est un 'théâtre de la pulsion' mariant frénésie, crise brutale et névroses clownesques. Il poussera le vaudeville dans ses ultimes retranchements jusqu'à son anéantissement. » est il encore dit dans la note d'intention.

Tout en partant du postulat que Feydeau n'est peut-être pas aussi drôle qu'il en a l'air, il est d'une noirceur presque outrancière quand on le décortique. Tout comme le décor « pop-up » annoncé qui pourra s'effondrer sur la fidèle troupe d'interprètes, Stéphane Roger qui serait à lui seul un condensé mêlant la performance instinctive, le music-hall taciturne et la tradition mélancolique, Sophie Lenoir qui danse, chante et joue à sa façon très personnelle, Marlène Saldana, Gilles Gaston-Dreyfus et Tom Pezier. Attention à la purge, elle pourrait être redoutable !

Subsistances, 18 au 20 octobre, www.les-subs-lyon.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?