Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Le festival du Film court de Vaulx-en-Velin a 20 ans

le - - Cinéma

Le festival du film court francophone de Vaulx-en Velin [Un poing c'est court] a 20 ans. Il se tient du 17 au 25 janvier, quelques jours avant de son grand frère clermontois. Le rendez-vous vaudais est un extradordinaire réservoir de talents en devenir, un foisonnement culturel, cette année plus particulièrement tourné vers l'Afrique francophone.

"Créé en 2000, le festival part d'un constat simple, expliquent les organisateurs : le cinéma court francophone est un vecteur pertinent pour illustrer la richesse culturelle de la ville de Vaulx-en-Velin. En effet, pas moins de cinquante nationalités différentes se côtoient chaque jour dans cette commune. La diversité des cultures vaudoises donne ainsi tout son sens à ce choix de la francophonie."

Depuis Les Misérables (Palme d'or 2019) de Ladj Ly, et bien avant avec Indigènes (Prix d'interprétation Cannes 2006) de Rachid Bouchareb​, et des dizaines d'autres oeuvres, on sait que pour faire émerger des artistes issus des familles immigrées (ou autres) plutôt défavorisées de France, comme des artistes des pays francophones désargentés d'Afrique, il faut des aides, il faut des festivals, il faut des bonnes volontés pour montrer les films, les primer, et doter financièrement les artistes pour les encourager à créer.

D'autres pays francophones, comme le Canada québecois ou la Belgique, ont peut-être leurs propres systèmes d'aides financières, mais les cinéastes ont tout autant besoin de visibilité.

Pour tous les artistes, un prix, ou même une sélection comptent énormément. Parmi les primés au fil des éditions, on citera par exemple Xavier Legrand (Grand Prix 2014 à Vaulx) avec Avant que de tout perdre. Le cinéaste obtiendra le César du meilleur film (long métrage) en 2019 pour Jusqu'à la garde, avec Denis Ménochet et Léa Drucker.

En 2020, le festival du film francophone offre une carte blanche à Gaël Morel. Le réalisateur originaire du Rhône, a choisi trois films courts et moyens, dont Une Robe d'été , une oeuvre de jeunesse de François Ozon (1996).

En 20 ans d'existence, le festival est entré en réseau avec de nombreux rendez-vous du même acabit dans de nombreux pays. L'association a notamment participé à des festivals comme ceux de Tanger et d'Azrou (Maroc), d'Atakpamé (Togo) ,au Ficod à Douala (Cameroun) et au festival Longue vue sur le court (Québec).

www.unpoingcestcourt.com

Ci-dessous : Gaël Morel (avec la feuille blanche à la main), carte blanche 2020, ici en 2016 lors du tournage de Prendre le large à Villefranche-sur-Saône ( ©Laurence Chopart (Le Patriote beaujolais)

Le FFCF en quelques chiffres

1 500 films reçus et visionnés
98 films sélectionnés et diffusés
9 jours de cinéma et découverte
4 programmes en compétition officielle ; 24 films diffusés
4 programmes en compétition scolaire ; 21 films diffusés
23 pays de l'espace francophone représentés
6 jurys
13 prix décernés chaque année lors de la soirée du Palmarès
16 séances par jour et plus d'une vingtaine de projections scolaires+ 99 bénévoles
+ 3 500 scolaires de la maternelle au lycée inscrits aux séances proposées
+ 5 000 spectateurs assistent au festival chaque année




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer