AccueilActualitéFermeture des Halles de l’Hôtel Dieu : pour Françoise Pignol, "nous assumons les risques que nous avons pris"

Fermeture des Halles de l’Hôtel Dieu : pour Françoise Pignol, "nous assumons les risques que nous avons pris"

Mardi 3 janvier, les commerçants des Halles de l’Hôtel Dieu officialisaient la fermeture du lieu. Covid-19, mouvement des Gilets jaunes, inflation, une série d’événements a mis du plomb dans l’aile au projet.
Les commerçants de l'Hôtel Dieu à Lyon, excepté le bistrot Théodore, quittent définitivement les Halles.
© Mathilda Ruiz pour Tout Lyon - Les commerçants de l'Hôtel Dieu à Lyon, excepté le bistrot Théodore, quittent définitivement les Halles.

Actualité Publié le ,

Clap de fin pour les Halles de l’Hôtel Dieu à Lyon. Après le départ de la Boucherie Trolliet en juillet puis de la poissonnerie Maison Vianey en septembre 2022, l’ensemble des commerçants des Halles de l'Hôtel Dieu ont fermé le 31 décembre.

Officialisant la fin du projet le 3 janvier, ces derniers évoquaient desloyers trop élevés, ainsi que les conséquences du mouvement des Gilets jaunes, puis de la crise sanitaire.

Gilets jaunes, crise sanitaire, inflation : une conjoncture qui a pénalisé les Halles de l'Hôtel Dieu

En 2017, Maison Guyot, Pignol, Maison Pozzoli, maison Trolliet et cinq autres commerçants et artisans lyonnais investissaient un projet à l’Hôtel Dieu. "A la base, l’idée était de réunir dans le même lieu des artisans de renom de Lyon pour créer une offre dans un environnement que nous trouvions magique", explique Françoise Pignol, dirigeante de l’enseigne de pâtisserie et traiteur du même nom et représentante des commerçants des Halles.

Cependant, d’après la dirigeante, une conjoncture négative a affecté le projet, qui n’a pas tenu bon. "Avec les Gilets jaunes, la fréquentation en ville du samedi après-midi a changé ", raconte l’entrepreneuse. En 2020, la pandémie de Covid-19 a suivi, puis ses répercussions, combinées à la guerre actuelle en Ukraine, engendrant une inflation galopante.

"Les loyers font partie du problème mais nous les avons acceptés au départ. C’est le chiffre d’affaires qui n’était pas assez élevé pour supporter les loyers par la suite", précise Françoise Pignol.

La dirigeante des établissements Pignol reconnaît néanmoins le manque de signalétiqueà l’intérieur de de l'Hôtel Dieu, celui-ci étant régi par des critères de monument historique. "Entre le moment où nous avons mis en place le projet et aujourd’hui le monde a changé. On ne ferait sûrement pas le même projet aujourd’hui qu’en 2017", admet Françoise Pignol.

Hôtel le plus "instagrammable" du monde : l'InterContinental Lyon Hôtel Dieu rêve du titre

"L’idée n’était pas de s’acharner, mais de continuer à avancer"

Face à ces difficultés, l'ensemble des commerçants, à l'exception du bistrot Le Théodore, ont pris la décision de partir. "Nous assumons les risques que nous avons pris. L'idée n'était pas de s'acharner, mais de continuer à avancer. On a trouvé une solution de sortie avec nos bailleurs. Nous allons consacrer notre esprit d’entreprise à un autre modèle de développement", indique la gérante des magasins Pignol.

Sur le plan humain, Françoise Pignol assure que les salariés des Halles de l’Hôtel Dieu seront réemployés dans d’autres boutiques de Lyon, détenues par les diverses enseignes.

"Aujourd’hui, nous pensons que partir des Halles est la meilleure décision pour nos entreprises. Mais ce n’est pas parce que nous partons que ce lieu, que je trouve magique, doit rester vide", conclut Françoise Pignol.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?