AccueilCultureSpectacle vivantFemmes plurielles à la Maison de la danse

Femmes plurielles à la Maison de la danse

Narcose par la compagnie Chatha
Blandine Soulages - Narcose par la compagnie Chatha

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Pour commencer, La procession de Nacera Belaza va faire vivre une expérience particulière à celles et ceux qui sont tentés par l'aventure se déroulant au musée des Confluences. Un parcours conçu au départ pour le MUCEM, en 2015, qui investit des lieux patrimoniaux et s'approprie l'espace, entraînant le public dans une procession singulière « pour amener le corps dans d'autres espaces de réflexion et de pratique ». Tandis que Robyn Orlin arrive avec un solo absolument irrésistible de Albert Ibokwe Khoza, au titre toujours aussi improbable et à rallonge And so you see... our honorable blue sky and ever enduring sun... can only be consumed slice by slice... Spécialement écrit pour cet incroyable acteur, danseur et performeur qu'est Albert Ibokwe Khoza, cette pièce s'est nourrie des témoignages de jeunes homosexuels victimes de viols « correctifs ».

À ne pas manquer également, les pièces de chorégraphes de la jeune génération, Jann Gallois et Oona Doherty, artistes associées à la Maison de la Danse cette saison. Tout comme le magnifique Narcose (voir encadré) de la compagnie Chatha et le projet Herein #Novaciéries de la compagnie (LA)HORDE. Autour des spectacles, deux conférences seront animées par l'ancienne journaliste de Libération Marie-Christine Vernay ainsi qu'une projection et des rencontres « bord de scène ».

Festival Sens dessus dessous, 22 février au 5 mars, www.maisondeladanse.com

Narcose par la compagnie Chatha

Créée en janvier 2017 à Bonlieu Scène nationale, Narcose est une pièce magnifique et puissante. Sans doute la plus belle depuis la création de la compagnie en 2005, une pièce qui explore l'état limite produit quand on prive le cerveau d'oxygène, l'état de narcose justement.

Comme la perte de réel auquel nous sommes soumis, une indifférence à la souffrance, à son prochain, le dérèglement de nos vies devenues (presque) virtuelles. Pièce éminemment politique même si elle prend son origine dans l'intime de chacun, elle se compose de deux parties qui se répondent et font miroir, laissant le public en état d'apnée et bouleversé !

Espace Albert Camus, Bron 5 mars

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 octobre 2022

Journal du01 octobre 2022

Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?