Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Femmes Décideurs 2020 : Larissa Balakireva, l'audacieuse

Publié le - - Femmes décideurs 2020

Seule à la tête de son entreprise Novocib, Larissa Balakireva consacre tout son temps à son développement. Lancée à Lyon, elle n'a pas hésité à déménager à Boulogne-sur-Mer afin de lui donner un nouvel élan.

Après un parcours très scientifique, Larissa Balakireva a fondé Novocib à Lyon en 2005, une start-up de biotechnologie spécialisée dans le métabolisme de nucléotides, grâce au concours d'innovation i-Lab - anciennement Concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes.

A l'origine, "la société a été fondée pour développer les molécules contre l'hépatite C", donnant naissance à gamme d'enzymes. Sur cette base, Novocib a développé d'autres méthodes, "notamment appliquées à l'agro-alimentaire, pour le contrôle de l'ultra-fraîcheur de poisson", explique la dirigeante.

La commercialisation de ce contrôle d'ultra-fraîcheur est un travail de longue haleine. "En attendant, il faut vivre", commente-t-elle. Heureusement, il y a un autre domaine d'application. "Dans le domaine de la nutrition animale, il existe un besoin dans les techniques de dosage des nucléotides".

Novocib propose donc une prestation de service pour mesurer ces nucléotides, dans différents produits. Enfin, Larissa a mis au point une gamme pour la recherche médicale, sous forme de kit. "Le kit est un concentré de savoir-faire. C'est une technique qui a été conçue et cela évite au chercheur de refaire tout ce processus. Cet outil complet lui facilite donc son travail". Cette troisième gamme est ainsi exportée dans le monde entier.

► Femmes décideurs 2020 : votez en un clic

Un déménagement​ ciblé

Afin de développer au mieux son projet ultra-fraicheur, Larissa Balakireva n'a pas hésité à quitter Lyon et à déménager à Boulogne-sur-mer (62). Un choix nécessaire pour pouvoir "se rapprocher des utilisateurs finaux et commencer à vendre ces tests" que la distance ne pouvait pas combler.

Mais l'exercice n'est pas simple "car il faut réaliser de nombreux tests : de justesse, de nécessité, de fiabilité, de réponse à un besoin. Si les essais font leurs preuves, il faut ensuite prouver l'avantage perçu par le client mais surtout lui laisser le temps de comprendre quel est son intérêt dans l'utilisation de cette nouvelle technologie". Des démarches qui prennent donc du temps.

Pour la fondatrice de Novocib, "il y a aujourd'hui suffisamment de projets. Maintenant, il faut aboutir et créer une voie de communication pour le kit fraîcheur, en renforçant l'argumentaire technico-économique". Par conséquent, Larissa doit trouver "le moment et les moyens" pour que l'exploitation et la commercialisation débutent.

"Il est nécessaire que je prenne le temps d'investir et d'insister sur la communication avec mon site internet mais aussi sur le marketing". Cet aboutissement passe donc par un second déménagement dans un local plus grand courant 2021, mais aussi par la création d'emplois.


A VOUS DE VOTER !

Créez votre propre sondage de satisfaction des utilisateurs




Tout Lyon Essor Rhône LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer