AccueilEconomieFemmes décideurs 2020Femmes Décideurs 2020 : Annabelle Gréco-Jauffret, la confiante

Femmes Décideurs 2020 : Annabelle Gréco-Jauffret, la confiante

Directrice de l'entreprise de mécanique Chavot à Saint-Etienne, Annabelle Gréco-Jauffret a été précipitée dans le bouillon de l'entrepreneuriat de manière imprévue.

EconomieFemmes décideurs 2020 Publié le ,

En 2008, son père, gérant de l'entreprise de mécanique Chavot, à Saint-Etienne, est victime d'un infarctus lors d'un salon professionnel. La jeune femme, qui avait intégré l'entreprise trois ans plus tôt pour mettre en place le service qualité, prend alors l'affaire en main.

" Mon père m'a mis tout en bas de l'échelle, car, tout comme moi, il part du principe qu'il faut apprendre par soi-même. Il ne m'a pas fait de cadeau mais il avait raison ", souligne Annabelle Gréco-Jauffret.

Joviale, au franc parler et d'une bonne humeur communicative, Annabelle Gréco-Jauffret est propriétaire depuis 2014 de la société de mécanique (1,7 million d'euros de CA), créée en 1924 par Jean Chavot, spécialisée dans la réalisation de différentes opérations pour tous les secteurs dont l'aéronautique, le nucléaire, l'armement ou encore le pétrolier.

" Un monde d'hommes où il a fallu faire ses preuves ", glisse-t-elle.

Si elle devait retracer le chemin parcouru, l'entrepreneure, membre de la CCI Lyon Saint-Etienne Roanne, estime qu'elle aurait préféré faire des études plus poussées dans le domaine de l'industrie et de la mécanique.

"J'ai appris sur le tas. Sur certaines décisions, cela m'aurait aidé d'avoir des bases solides. Ce que j'aime dans ce métier, c'est qu'on apprend tous les jours ".

► Femmes décideurs 2020 : votez en un clic

Fière du chemin parcouru

Quinze ans après cette prise de risque, Annabelle Gréco-Jauffret, 39 ans, est désormais sereine : "A l'époque, je me suis retrouvée confrontée à la crise économique. J'ai dû licencier trois personnes pour sauver la boîte. Cette décision m'a empêchée de dormir pendant très longtemps", se souvient-elle.

Désormais, elle se dit "fière du chemin parcouru. Je ne perds plus mes moyens devant ceux qui pariaient que ma société n'allait pas perdurer. La confiance en soi est le principal souci en tant que femme et dirigeante. Une femme, par définition, doute d'elle-même. Un homme, même s'il n'a pas les capacités de le faire, se jettera quand même dans l'action et préfèrera voir les conséquences après".

Elle qui ne se considère "pas du tout féministe" préfère parler d'égalité entre les sexes : "C'est une question de capacité", explique-t-elle. Une équité qui se reflète dans la gestion de son équipe.

Sérénité et équité

Alors que les règles d'organisation lui sont nécessaires afin de préserver sa vie de famille - elle est maman de deux petites filles -, et prendre du temps pour elle quand cela est possible, ses salariés, dont six à l'atelier, finissent, au plus tard, à 16 h 30. "Mes gars sont proches de leurs familles. C'est important qu'ils se sentent bien dans leur vie privée", ajoute-t-elle.

Cette gestion permet également une meilleure productivité et efficacité de l'équipe. A. Gréco-Jauffret résume sa philosophie de cheffe d'entreprise ainsi :

"Il faut savoir ne pas se rendre indispensable. Je demande beaucoup de polyvalence. Je ne suis rien sans mon équipe, et inversement. Il est très important de savoir déléguer".

La confiance, toujours.


A VOUS DE VOTER !

Créez votre propre sondage de satisfaction des utilisateurs

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?