Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Femmes Décideurs 2020 : Amelie Thépot, la visionnaire

Publié le - - Femmes décideurs 2020

Depuis LabSkin Création, Amelie Thépot s'est aussi lancée, cette fois en collaboration avec d'autres associés, dans une solution de reconstruction mammaire sur mesure : Healshape.

C'est en 2014 qu'Amélie Thepot se lance dans l'aventure de l'entreprenariat avec la création de LabSkin création. Son métier principal : "fabriquer des modèles de peau, sur mesure, pour nos clients en fonction des revendications des produits cosmétiques qu'ils veulent tester, en vue de les mettre sur le marché", rappelle la biologiste.

Depuis trois ans, ses projets se sont bien développés puisque Lab skin création, en partenariat avec l'Université de Lyon, a breveté un modèle pour imprimer de la peau en trois dimension.

"Suite au brevet, nous avons réussi à travailler avec la direction générale de l'armement. Nous avons répondu à un appel à projet dont le but était d'imprimer de la peau directement sur des soldats blessés. C'est ce qu'on appelle de la bio impression in vivo. Par exemple un soldat a été blessé au bras, nous allons pouvoir imprimer de la peau de la bonne taille, de la bonne forme mais aussi de la bonne profondeur. Cette technique vient remplacer une greffe de peau".

Un projet qui n'en est encore qu'en phase de recherche et de développement mais "grâce à l'armée française, nous avons déjà pu greffer les petits et gros animaux. Une énorme avancée depuis 2017", sourit-elle.

► Femmes décideurs 2020 : votez en un clic

Le projet Healshape

En parallèle de cette activité, en association avec cinq autres personnes dont Sophie Brac de la Perrière, dirigeante de la jeune pousse Healshape, Amélie Thépot travaille sur un nouveau projet de reconstruction mammaire sur-mesure.

"Grâce au travail de LabSkin Création avec l'armée, nous savions que l'on pouvait imprimer de la peau mais aussi du tissus graisseux. Nous avons cherché pendant longtemps ce que l'on pouvait faire et nous avons finalement pensé à la fabrication de seins pour les femmes ayant eu des mastectomies", détaille-t-elle.

Malgré les nombreuses techniques existantes aucune n'est durable et naturelle. "Lors de notre étude de marché, nous nous sommes rendus compte que seulement 20 à 30 % des femmes se font reconstruire un sein. C'est très peu". L'idée de Healshape est donc de bio-imprimer une prothèse qui est elle même résorbable.

"Cette technique combinée à un lipofilling mammaire (prendre de la graisse dans une partie du corps et venir l'a réinjecter dans le sein, NDLR), va permettre un résultat naturel avec tout de même du volume. La graisse que l'on va injecter va venir coloniser la prothèse, sécrétant à nouveau du tissu. Au fur et à mesure, la prothèse va se dégrader mais les tissus se seront suffisamment développés pour créer du volume".

Confiante, Amélie Thépot espère voir cette innovation sur le marché d'ici six ans.


A VOUS DE VOTER !

Créez votre propre sondage de satisfaction des utilisateurs




Tout Lyon Essor Rhône LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer