AccueilCultureExpositionFantastic Mr. Anderson au musée de la miniature de Lyon

Fantastic Mr. Anderson au musée de la miniature de Lyon

Fantastic Mr. Anderson au musée de la miniature de Lyon

CultureExposition Publié le ,

« Le goût des miniatures me vient sans doute de l'enfance. Je voulais être architecte, je dessinais des bâtiments, je construisais des maquettes. Mais ce que j'aime par-dessus tout, ce sont les miniatures dans les films », déclarait Wes Anderson au magazine Télérama en février 2014. Pour sûr, le réalisateur de La famille Tenenbaum n’apprécie guère le numérique, préférant travailler ses effets spéciaux à l’aide de petits modèles, dont la texture et l’effet impriment sur la pellicule le ton suranné, artificiel, si caractéristique de ses longs-métrages.
Pour le plus grand bonheur de ses admirateurs, le Musée miniature & cinéma de Lyon dévoile au public l’univers du cinéaste texan en révélant des pièces exclusives, gracieusement prêtées par la 20th Century Fox, l’un des studios d’Hollywood les plus prestigieux, ou par Wes Anderson himself. Au cœur de cette exposition unique, les visiteurs découvriront 26 éléments de tournage, provenant principalement des films Fantastic Mr. Fox, l’adaptation du roman de Roald Dahl qui narre l’histoire d’un renard effronté quittant son terrier pour de plus verts pâturages, et The Grand Budapest Hotel (2014), la fabuleuse odyssée de Gustave H et de son garçon d’étage qui valut à Adam Stockhausen et Anna Pinnock l’Oscar 2015 du meilleur… décor.

Fantastic Mr. Fox, l’adaptation du roman de Roald Dahl

Exportés pour la toute première fois du Studio Fantasy II, la célèbre station de téléphérique et l’observatoire de Zubrowka répondent présent. Sans oublier le clou du spectacle : la magistrale façade hôtelière éponyme de 4 mètres par 3, dont la réalisation fut confiée au Français Simon Weisse (The Patriot, La Cité des enfants perdus…). Inspirée par le palace Bristol Hotel, à Karlovy Vary (République Tchèque), la « miniature » pèse tout de même 250 kilos.

Six mois de labeur auront été nécessaires pour rassembler les pièces et monter l’exposition. Un travail de fourmi à l’image de ces films, qui ont eux-mêmes exigé plusieurs années de tournage et quelques milliers d’heures de travail. Connu pour sa minutie sans faille, Anderson n’a jamais caché son impérieux sens du détail. Pour Fantastic Mr. Fox, les équipes auront conçu plus de 500 marionnettes, toutes parées de pulls miniatures tricotés à l’aide d’aiguilles, spécialement conçues à cet effet, ou arborant des écussons brodés de 2,5 mm de haut… Quant au pelage des animaux, il devait astucieusement combiner fourrure artificielle et poils de chèvre passés à la teinture. Mieux : les cheveux des personnages humains étaient directement prélevés sur les employés des studios ! Ces anecdotes et bien d’autres vous attendent à la Maison des Avocats, pour un bel avant-goût des fêtes de fin d’année.
Rappelons que le Musée cinéma & miniature, fondé en 2005, est l’un des rares établissements culturels 100 % privés de Lyon. Géré par le passionné Dan Ohlmann, il a pour vocation de faire connaître les techniques et le talent des créateurs d’effets spéciaux au cinéma. Concept unique en Europe, il rassemble une riche collection de décors et d’éléments ayant servis aux tournages des plus grands classiques du 7e art, de Batman à Gladiator en passant par I, Robot et Gremlins…

Charlotte Mounard

Maison des Avocats, 15 décembre au 31 mars.

L’envers des décors

De nombreux objets originaux de tournage sont également remis à neuf dans les ateliers de restauration du musée, à l’instar de la Reine Alien, des studios ADI, qui trône actuellement dans sa cage, au deuxième étage. Ces éléments, complétés par l’acquisition récente du Tricératops de Jurassic Parc, composent la collection des 400 pièces rares proposée à un public international chaque année. De quoi faire revenir la jeune génération de l’ère du « tout numérique » à la magie des effets spéciaux d’antan.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?