AccueilEconomieServicesRéalité virtuelle : l'agglomération lyonnaise réellement pionnière

Réalité virtuelle : l'agglomération lyonnaise réellement pionnière

Eydolon a choisi Villeurbanne pour installer son premier centre dédié à la réalité virtuelle. Porté par le GIE VR-Connection, le réseau ambitionne d'ouvrir une vingtaine de lieux similaires en 2017.
Réalité virtuelle : l'agglomération lyonnaise réellement pionnière
Photo Mélanie Belmonte

EconomieServices Publié le ,

Le premier réseau indépendant d'expériences en réalité virtuelle à destination du grand public, Eydolon, accueille, depuis quelques jours, ses premiers utilisateurs. Hébergé dans l'Exalto Parc, à Villeurbanne, tourné vers le grand public, il permet de se frotter à la réalité virtuelle à travers 4 "expériences" immersives, aux approches différentes. Ces "jeux", exclusivement disponibles dans le réseau, ont été développés au sein du GIEVR-Connection, co-fondé par AlexandreIbanez et IanToullec, deux entrepreneurs actifs sur le marché de la réalité virtuelle. "Notre idée, c'est d'organiser et faire collaborer l'ensemble de l'écosystème pour se donner des opportunités tant financières que structurelles, notamment face aux grands groupes", explique AlexandreIbanez.

Lancé en novembre 2016, le GIE regroupe déjà 35 signataires, dont quelques studios lyonnais, répartis dans toute la France. Celui-ci représente un potentiel humain de 500 personnes, aux compétences multiples, capable de répondre collectivement aux besoins du marché. "Nous ne demandons pas d'engagements financiers, mais nous imposons la signature d'une charte éthique qui proscrit, par exemple, les expériences à caractère traumatisant", poursuit le co-fondateur. Ainsi, la salle est interdite aux enfants de moins de 13 ans. "Avant cet âge, nous savons, parce que nous avons travaillé avec des experts, qu'il leur est plus difficile de faire la différence entre le réel et le virtuel", souligne-t-il.

Le GIE a déjà levé 1 M€ auprès d'investisseurs privés. Il prépare un second tour de table avec la BPI, "d'une valeur comprise entre 3 et 10 M€", selon Alexandre Ibanez. Parmi les investisseurs, le lyonnais Laurent de la Clergerie, président du Groupe LDLC. "Outre notre partenariat technique, j'ai personnellement investi dans le GIE car je suis convaincu par cette nouvelle technologie. Dans l'avenir, il y aura beaucoup d'application possible, comme organiser à une réunion virtuelle entre l'Europe et la Chine, avec la traduction simultanée des conversations", commente, enthousiaste, l'entrepreneur.

Pour poursuivre son travail de pédagogie auprès du grand public (le lieu a pour objectif de recevoir une soixantaine de personne par jour), Eydolon s'enrichira progressivement d'expériences complémentaires, alimentées par les travaux réalisés par le GIE pour le compte de tiers. "Nous travaillons actuellement pour le secteur de la formation et du sport. D'un côté, nous abordons la reproduction de gestes techniques, de l'autre les sensations et l'action. Nous pourrons en tirer des expériences intéressantes", affirme Alexandre Ibanez.

Le GIE ambitionne d'ouvrir, sous licence de marque, une vingtaine de centres Eydolon en France en 2017, en partenariat avec Exalto mais aussi sous d'autres configurations. À venir : Paris, Marseille, Grenoble, Angoulême et Toulon. Le GIE annonce également l'ouverture prochaine d'un bureau de représentation à Lyon.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 mai 2022

Journal du28 mai 2022

Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?