AccueilSociétéExposition - Stéphane Guénier à la Galerie Henri Chartier à Lyon

Exposition - Stéphane Guénier à la Galerie Henri Chartier à Lyon

L’exposition de la Galerie Henri Chartier réunit une vingtaine d’oeuvres récentes de Stéphane Guénier (1970), presque essentiellement des techniques mixtes sur papier, à l’acrylique, au feutre et au crayon, et une seule peinture.

ActualitéSociété Publié le ,

Le graphisme y est léger avec la prédominance des couleurs primaires : des verts, bleus, rouges et noirs.


Les premières oeuvres de l’artiste sont bien construites avec des trames et des grilles qui structurent les compositions. Puis son style évolue : il évacue ses repères pour donner au vide de l’épaisseur et de la densité. Maintenant, ses sortes de « gribouillages » saturent la surface de l’oeuvre en laissant des vides qui morcellent les compositions. Les lignes colorées sinueuses, les taches et les aplats de couleurs accrochent le regard des spectateurs, ces derniers restant perplexes devant les non-dits qu’ils soupçonnent.
A droite dans la première salle, quatre petits dessins retiennent notre attention. Un peu plus loin, dans la deuxième, on peut voir, à gauche, une série de quatre techniques mixtes de petit format, et en face, une série de quatre grands formats, des anciennes affiches d’expositions que l’artiste a réunies en quatre parties.
Stéphane Guénier ne donne pas de titre à ses oeuvres. Aussi les évoquer individuellement est-il difficile ! Toutefois, on les reconnaît au premier coup d’oeil : la forme est décomposée puis reconstruite en une sorte de chaos où les lignes droites et courbes se contrarient en donnant des écheveaux sans commencement ni fin. Les griffures et les ratures animant la surface du papier sont autant de figures en suspens dans l’espace, autant de formes aux contours indécis, en équilibre instable. La seule peinture présente dans l’exposition est composée de larges aplats de couleurs qui s’opposent aux stries violettes de la partie supérieure de la toile.
Devant un dessin de Guénier, on peut s’interroger sur le statut réel de l’oeuvre : est-elle aboutie ou simplement une esquisse ? L’artiste laisse planer le doute pour que chacun puisse en décider. Artiste reconnu, Stéphane Guénier dévoile ses recherches sur le poids du vide, en excluant de ses oeuvres tout souvenir charnel et en brouillant les pistes.

Brigitte Roussey

Galerie Henri Chartier, rue Leynaud à Lyon 1er.
Du mercredi au samedi de 14 h 30 à 19 h.
Jusqu’au 17 novembre.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?