AccueilSociétéExposition : « L’Art d’aimer, de la séduction à la volupté » : au Palais Lumière d’Evian

Exposition : « L’Art d’aimer, de la séduction à la volupté » : au Palais Lumière d’Evian

« Depuis toujours, les hommes ont fêté et décrit le sentiment amoureux.

ActualitéSociété Publié le ,

Aussi, de nombreux artistes, au-travers de supports différents, ont interprété ce sentiment qui nous concerne tous! On remarque que peu d’expositions ont été consacrées à l’amour et le projet audacieux du Palais Lumière est à saluer.

L’exposition réunit plus de 350 oeuvres et documents: des peintures, dessins, illustrations, correspondances, photographies et vidéos. Ces oeuvres sont regroupées en huit séquences qui illustrent huit visages de l’amour. De François Boucher, Maurice Denis, Robert Doisneau… à Man Ray, le visiteur suit un parcours très clair ponctué de projections sonores, avec le célèbre bronze «Le Baiser» d’Auguste Rodin qui accueille le public dans le hall d’entrée du Palais. Après avoir revisité les mythes fondateurs de l’amour comme «Amour et psyché» ou l’oriental «Mille et une nuit», on découvre les oeuvres qui évoquent le Moyen âge et l’amour courtois des dames, des chevaliers ou des troubadours (de Luc-Olivier Merson: «La Danse des Fiançailles » 1884). Viennent ensuite les oeuvres illustrant l’art de la galanterie avec les pastorales et les secrets d’alcôve (de Jean-Baptiste Huet : « La Déclaration »), puis celles présentant l’amour au quotidien, la vie à deux avec ses petits arrangements et ses plaisirs (de Jean Béraud : «Le Secret» 1878 ; de Pablo Picasso «Le Baiser»)… L’amour fatal engendre le doute, la jalousie, les disputes et les ruptures (de Pierre et Gilles : « Amour défunt » 2007)… La correspondance amoureuse facilite les indiscrétions ; aussi la séquence du courrier du coeur est-elle édifi ante(de Guillaume Apollinaire : «Lettre autographe à Lou» ; de Paul Verlaine : «le Sonnet du trou du cul» 1871)… Le grand écran, quant à lui, étale les fantasmes et raconte les rapports amoureux conflictuels, passionnés ou irrationnels (de Claude Lelouch : «Un homme et une femme»; de Jean Cocteau «La Belle et la Bête»)… Enfin quelques photographes fixent l’instantané de l’intimité des couples comme Doisneau ou Man Ray.

Une exposition très bien documentée qui propose aux visiteurs un panorama historique original des différentes représentations de l’amour au fil des siècles, des années et des moeurs. Elle adhère à cette phrase de Romain Gary : «Aimer est une aventure sans carte et sans compas où seule la prudence égare».

Palais Lumière, quai Albert-Besson à Evian (74). Tous les jours de 10 h 30 à 19 h, le lundi de 14 h à 19 h. Jusqu’au 23 septembre


Brigitte Roussey

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?