AccueilSociétéExposition -« Hommage à Shingai Tanaka,maître calligraphe de Kyôto » à Lyon

Exposition -« Hommage à Shingai Tanaka,maître calligraphe de Kyôto » à Lyon

En 1984, Shingai Tanaka fonde à Lyon l’Ecole Sho international Lyon qui compte aujourd’hui une dizaine d’élèves.

ActualitéSociété Publié le ,

Il s’installe dans la ville en 1998 et organise de nombreuses expositions qui le font reconnaître internationalement, plusieurs de ses oeuvres appartenant à des collections publiques et privées. Maître de « Sho » – « Sho » signifiant en japonais « art de la calligraphie », il a consacré sa vie à moderniser la calligraphie japonaise pour lui donner un caractère universel.
L’exposition réunit 80 oeuvres qui appartiennent, pour la plupart, au temple de Kurama. Elles sont présentées dans plusieurs salles du musée, la dernière étant réservée aux oeuvres des élèves japonais, italiens et lyonnais du maître. Un fond sonore invite les visiteurs à la méditation. Pour ne citer que quelques-unes d’entre elles : « la Voix », « la Femme », « la Danse », « Dieu », « Bouddha », « Mu » ou « Extraordinaire » ont un style calligraphique qui se réfère aux traditions ancestrales mais en les dépassant pour élaborer une oeuvre originale et poétique.

Avant de commencer une calligraphie, il s’isolait toujours dans le silence afi n que sa concentration soit totale

La calligraphie de Shingai Tanaka est principalement centrée sur l’espace et le geste. Il peignait à l’encre sur papier ou sur soie directement sur le support étalé sur le sol, et, avant de commencer une calligraphie, il s’isolait toujours dans le silence afin que sa concentration soit totale. Puis il laissait courir son pinceau sur le support, ce pinceau prolongeant son bras, sa main, son âme, les pinceaux fins étant utilisés pour les traits fins tandis que les épais traçaient de larges lignes symbolisant les « flux souterrains de l’Univers ». Des vitrines montrent les instruments du calligraphe, ses pinceaux et ses gobelets à encres.
L’oeuvre de Shingai Tanaka est importante. Les nombreux disciples qu’il a formés témoignent de la passion et du talent avec lesquels le Maître du « Sho » a renouvelé la calligraphie japonaise trop ancrée dans ses traditions. Cet hommage rendu à la mémoire du calligraphe est un moment de grand recueillement.

Brigitte Roussey

Musée de l’Imprimerie, 13, rue de la Poulaillerie à Lyon 2e. Du mercredi au dimanche 9 h 30-12 h et 14 h-18 h. Jusqu’au 25 septembre

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?