AccueilActualitéSociétéEtienne Piquet-Gauthier : un passeur de générosité

Etienne Piquet-Gauthier : un passeur de générosité

Etienne Piquet-Gauthier : un passeur de générosité
AGP - Etienne Piquet-Gauthier

ActualitéSociété Publié le ,

A l’aube de la quarantaine, Etienne Piquet-Gauthier ressent le besoin de trouver une unité entre sa vie de croyant et sa vie professionnelle. Pendant douze ans, il exerce la fonction de directeur des relations stratégiques dans l’univers du jeu vidéo, au sein de l’entreprise Atari. En 2010, il abandonne alors le monde du manga pour se consacrer à celui du mécénat, et il crée sa société de conseil baptisée Donifico. Celle-ci s’adresse à la collecte de fonds pour son client majoritaire qu’est la Fondation Saint-Irénée et accessoirement pour la construction d’un monastère cistercien à Béziers.
Etienne Piquet-Gauthier sollicite les entreprises et les particuliers assujettis à l’ISF. Il les incite à contribuer financièrement aux nombreux projets que soutient la Fondation Saint-Irénée au sein du diocèse de Lyon dans les domaines de la solidarité, la communication, l’éducation et la culture. Des initiatives qui défendent les valeurs chrétiennes et s’expriment par des activités très diverses, telles que l’accueil des femmes enceintes isolées, des toxicomanes ou des personnes sans domicile fixe, l’ouverture d’un café boutique lieu de rencontre avec des handicapés, la construction de classes ou d’une école dans des pays en situation de guerre ou de pauvreté, la collaboration pour le logement inter-générationnel, la production de concerts des Petits Chanteurs de Lyon, la restauration d’orgues, les camps de vacances pour enfants et scouts, la Maison des familles, RCF Lyon Fourvière, la fête religieuse du 8 décembre, les chrétiens d’Orient, etc.

En 2015, soixante projets ont été soutenus par la Fondation Saint-Irénée à hauteur de 2,3 M€. « La Fondation Saint-Irénée est un outil qui permet des expérimentations pour apporter la foi et la bonne nouvelle », explique Etienne Piquet-Gauthier, toujours à l’affût de nouvelles idées qui créent du lien et apportent un peu de bonheur. Et c’est pour permettre à ces projets de voir le jour et de se développer qu’il va, chaque jour, frapper aux portes des chefs d’entreprises. Un travail de longue haleine et de persuasion qui lui demande beaucoup d’énergie et de conviction. Et qui exige aussi de développer et d’entretenir des réseaux, d’instaurer des relations de confiance, de communiquer sur les actions de la Fondation, de mettre en lumière des initiatives emblématiques et surtout d’oser demander. « Mon travail est de rendre la charité et l’aumône professionnelles et attractives. Je suis en contact avec des gens généreux, qu’il s’agisse du porteur de projet qui agit dans l’intérêt de l’autre, ou du donateur dont l’argent est un serviteur. Tous font preuve d’altruisme en partageant leurs richesses en termes de temps ou de finances. Nous soutenons de belles œuvres, nous devons le faire savoir, c’est également une garantie pour le donateur. »
Etienne Piquet-Gauthier vit ainsi sa foi au quotidien par cet engagement permanent au sein de la Fondation Saint-Irénée, mais également en tant que président des anciens chefs de groupes scouts les Cœurs de Lyon, président de l’association des Madones de Lyon et en tant que père de famille de quatre enfants. Au travers de sa mission de collecteur de fonds, il veut avant tout montrer que l’Eglise est attentive à l’homme, aux personnes vulnérables et qu’elle sait transmettre des valeurs de bienfaisance loin de tout intérêt financier. Il s’investit dans l’élaboration de nouveaux projets, notamment celui de relancer le patronage au sein des communes de Meyzieu, Roanne, Chasselay et Vénissieux, et dans celui des " Irénée d’Or " 2016. Il se sent guidé par ce verset de l’Evangile qui dit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. »


Les " Irénée d’Or " 2016

L’appel à projets organisé par la Fondation Saint-Irénée, qui encourage les projets d’intérêt général, souhaite valoriser et récompenser des initiatives et des actions au sein du diocèse de Lyon. Un jury désignera un lauréat parmi six catégories : l’éducation, la culture, la communication, la solidarité, coup de cœur et spécial jeunes, lors d’une soirée de remise des prix, le 16 novembre 2016 au domaine Lyon Saint-Joseph, en partenariat avec les Toques Blanches. Pour participer, un dossier est à remplir avant le 28 juin (www.fondationsaintirenee.org). En 2013, le soutien financier des projets s’était élevé à 300 000 €.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?