AccueilSociétéEt si on encadrait les salaires des patrons ?

Et si on encadrait les salaires des patrons ?

Après la « prime des 1 000 € », devenue « prime contre dividendes », voilà que le gouvernement lance une nouvelle offensive contre le grand patronat, que l’on sait pourtant politiquement proche de lui.

ActualitéSociété Publié le ,

Cette fois, il s'agit de taxer les rémunérations « extravagantes » de certains grands dirigeants. Et cette fois, Xavier Bertrand, ministre du Travail, a pris la relève de son président. Décidément, les membres de ce gouvernement ont la fi bre beaucoup plus sociale qu'on l'imaginait a priori.
Cette inclinaison, qui semble de nature à séduire un électorat jusque-là plutôt remonté contre le locataire de l'Elysée et ses amis, risque, en revanche, d'agacer très sérieusement les dirigeants d'entreprise. Maurice Lévy, le président de l'AFEP (Association Française des Entreprises Privées), n'a d'ailleurs pas tardé à le faire savoir, expliquant que les entreprises doivent décider par elles-mêmes du niveau de rémunération de leurs dirigeants. A-t-il tort ou bien raison ? Là n'est pas vraiment le sujet.
Non, une fois de plus, c'est avant tout la démarche qui fait débat. Car avec cette attaque en règle contre une cible clairement pointée du doigt pour son manque de solidarité envers le plus grand nombre, le gouvernement joue encore une fois les uns contre les autres. Et une fois de plus, surtout, il contribue à remonter les Français contre l'entreprise et contre ceux qui la symbolisent.

J.D

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?