AccueilActualitéEdito : Ere comprimée

Edito : Ere comprimée

Record battu ! Un record que l'on pensait intouchable. Battu et bien battu, puisque Bernard Cazeneuve, fraîchement nommé à Matignon pour un bail de seulement cinq mois, effacera des tablettes Edith Cresson, dont le séjour rue de Varenne n'a duré que dix mois (1991-1992).
Edito : Ere comprimée

Actualité Publié le ,

Nonobstant un nouveau Premier ministre, le remaniement, engendré par la démission de Manuel Valls, reste confidentiel. Mouvement notoire, l’arrivée au ministère de l’Intérieur de Bruno Le Roux, alors qu’André Vallini troque son portefeuille contre un autre, passant du poste de secrétaire d’Etat chargé du Développement et de la Francophonie, où il n’est arrivé qu’en février de cette année, à celui de secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement. André Vallini, l’élu de l’Isère, du canton de Tullins, celui qui s’est souvent rêvé en garde des Sceaux – en 2002 puis en 2007, mais surtout en 2012 après la victoire de son camp – ne décrochera pas la timbale place Vendôme, mais voit dans cet échange avec Jean-Marie Le Guen, « un signe de la confiance » que lui accorde le président de la République. Pour les observateurs, il apparaît clairement comme un homme de consensus. Utile lorsqu’il s’agira d’user de diplomatie avec des parlementaires peu enclins à emboîter naturellement le pas de l’ex-Premier ministre devenu candidat et souvent chahuté par les frondeurs.


Une valse des étiquettes qui ne devrait pas impacter défavorablement le fonctionnement de l’exécutif. Ni faire ombrage aux futures joutes de la primaire de la gauche, désormais bien lancée. En effet, en une savante eurythmie, chaque jour apporte son lot de nouvelles candidatures. Manuel Valls et même Vincent Peillon, l’ancien ministre de l’Education nationale, résurgence surprenante de celui qui vient de commettre un thriller, Aurora.


Un thriller, cette primaire ? Ou si l’on préfère un western, à en croire Emmanuel Macron : « C’est OK Corral ! » Le favori du ticket lyonnais Collomb-Kimelfeld, qui ne souhaite pas y prendre part afin de ne pas « s’enfermer dans les querelles de clans », va jouer de la gâchette en solo. Nul doute que les « macron-particules » sont appelées à se diffuser et « pollueront » le débat de la primaire.
De particules, fines il s’entend, il en est fortement question ces derniers jours. L’agglomération lyonnaise subit de plein fouet un épisode durable de pollution atmosphérique. Le seuil de 80 µg/m3 a été atteint et même dépassé plusieurs jours consécutifs. Conséquence : le préfet de région a déclenché la mise en œuvre de la circulation alternée. L’alternance ! Voilà bien un vocable qui devrait irriguer les discours et les professions de foi des opposants de tous bords au gouvernement actuellement en responsabilité.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?