AccueilCollectivitésErasme, un laboratoire au service des politiques publiques à Lyon

Erasme, un laboratoire au service des politiques publiques à Lyon

Erasme a organiséà l’UrbanLab du pôle Pixel un marathon créatif. Le thème : "la bio-inspiration, une ressource pour nos organisations ?" Retour sur ce travail et sur l’histoire de ce laboratoire d’innovation avec Patrick Vincent, directeur de projet.
Erasme, un laboratoire au service des politiques publiques à Lyon
DR - "Interpretable" est un dispositif né d'un worshop Erasme. Il vise à faciliter la communication entre soignants et patients ne parlant pas français au sein des maisons de métropole.

Collectivités Publié le ,

Erasme, c’est quoi ?

Erasme est un service de la Métropole au sein duquel travaillent 10 personnes d’horizons différents (ingénierie, production, design, entreprenariat, etc.). Il s’agit d’un laboratoire d’innovation ouverte, créé en 1998 par le Département.

Son rôle : répondre aux grands défis d’intérêt général, imaginer les futurs possibles. Au départ centré sur la santé, l’éducation, la culture et le bien-vivre à domicile, son champ d’action s’est élargi, notamment lorsqu'elle a reoint la Métropole en 2015. Nous travaillons beaucoup autour des cultures du numérique.

En quoi consistait ce marathon créatif ?

Pendant deux semaines, 60 participants, répartis en sept équipes, ont travaillé sur différents sujets : isolement des personnes, apaisement de la presqu’île, écoystème des maisons de la Métropole… Pour répondre à ces problématiques, ils ont adopté une approche bio-inspirée : il s’agit de trouver, dans le vivant, des principes susceptibles d’inspirer les politiques publiques.

Des principes souvent contre-intuitifs comme la sobriété, la décentralisation ou la collaboration en temps de crise. Par exemple, sur la problématique de l’isolement des seniors, est ressortie la proposition d’une radio locale non connectée qui circulerait entre voisins pour pallier les situations d’isolement. Un objet unique d’échange plutôt d’un réseau social.

Quelle est la méthode de travail ?

On part d’abord d’une problématique, souvent un sujet transversal d’une grande complexité. Par exemple, la végétalisation urbaine et l’objectif politique de planter 300 000 arbres à dix ans. L’acteur public seul ne peut remplir un tel objectif : il faut donc aller chercher d’autres acteurs comme les entreprises, les copropriétés...

Il s’agit ensuite de réunir ces différents acteurs dans le cadre d’un marathon créatif, afin de faire émerger des propositions. Certaines d’entre elles peuvent ensuite être expérimentées sur un temps long (entre six mois et un an), au sein de de l’incubateur Erasme.

Quel exemple concret, utilisé aujourd’hui par les habitants, est né des réflexions menées par Erasme ?

Lors d’un précédent workshop, un travail a été mené sur l’intelligence artificielle au service des politiques publiques. Les puéricultrices des maisons de métropole ont soulevé des problèmes de communication avec des patients ne parlant pas français. Un dispositif à base de pictogrammes a été mis en place pour faciliter les échanges, “Interpretable”.

Cette solution est issue d’un travail collectif entre médecins, designers et petites entreprises du territoire. C'est un exemple parmi d'autres.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 25 juin 2022

Journal du25 juin 2022

Journal du 18 juin 2022

Journal du18 juin 2022

Journal du 11 juin 2022

Journal du11 juin 2022

Journal du 04 juin 2022

Journal du04 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?