AccueilCollectivitésEPARI, un syndicat haut débit !

EPARI, un syndicat haut débit !

Il y a de cela plus de vingt ans, lors de l’émergence des nouvelles chaînes de télévision, de nombreux habitants du Rhône se plaignaient de ne pas pouvoir en profiter, faute de recevoir correctement les signaux hertziens.

Collectivités Publié le ,

Une plainte que le Département allait prendre en considération d’une manière étonnante et avant-gardiste. Pressentant le risque d’accroissement de ce que l’on appelait à l’époque la « fracture numérique », lié au caractère montagneux du territoire, le Conseil général a lancé un projet d’aménagement numérique du Rhône en déployant un réseau de fibre optique répondant non seulement à la demande émise concernant la télé mais pré-parant aussi le terrain pour les futurs usages. L’ambition était de connecter chaque commune. Problème : la loi Léotard de 1986 confiait justement cette compétence aux communes. Pour réaliser le projet, il fallait donc trouver un montage juridique. Les communes volontaires ont donc créé un syndicat : le SRDC (actuellement présidé par Daniel Pomeret, maire d’Anse et conseiller général) auquel chacune verse une cotisation. Le SRDC et le Conseil général forment ensemble un autre syndicat : l’Etablissement public pour les autoroutes rhodaniennes de l’information, connu sous son acronyme Epari. Le SRDC compte 274 communes. N’ont pas adhéréles communes d’Arnas, de Riverie et de Jons, qui n’étaient pas volontaires. Villefranche et Tarare non plus, pour d’autres raisons. Lyon, Villeurbanne, Bron, Saint-Fons, Saint- Priest, Décines et Meyzieu n’étaient pas concernées puisqu’elles bénéficiaient déjà du plan câble national lancé dans les années 1980 …


Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5087 du samedi 8 février 2014 …

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?