Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Entre Beaujolais et Mâconnais : des terroirs… et des talents

le - - Gastronomie / Vins

Entre Beaujolais et Mâconnais : des terroirs… et des talents
Frédéric Maignet, oenologue conseil et Gregory Barbet, gérant de Terroirs et Talents

Même si Beaujolais et Mâconnais constituent naturellement une seule région viticole, la production dans chacune de leurs appellations et même dans chacun de leurs domaines est le reflet du terroir et bien sûr du travail du vigneron. Illustration avec l'association Terroirs et Talents, 4 vignerons mettant en avant leurs cuvées parcellaires.

En 2008 tout d'abord pour le cru Pouilly-Fuissé, puis de 2009 à 2015 dans tout le Beaujolais, des études approfondies de sols et de terroirs ont été menées. Résultat : des cartes ultra-précises de la nature des sols par appellation. Très utiles aux vignerons, pour adapter leurs cépages et leurs façons de travailler sur telle ou telle parcelle.

C'est le credo des vignerons de l'association commerciale Terroirs et talents, créée en 2007 et aujourd'hui composée de quatre domaines familiaux, bourguignons et beaujolais (3,5 M€ de chiffre d'affaires, 800 000 bouteilles vendues à part égale en France et à l'export). Leurs points communs : « Le travail assidu des sols et une conduite du vignoble respectueuse de l'environnement [NDLR : un domaine en bio, les autres en certification environnementale « Terra Vitis »]. Les vins sont élevés par parcelle et leur vinification valorise le raisin, pour dévoiler, année après année, le meilleur du terroir et du millésime ».

Voilà pour la communication, mais pas que… Une dégustation (non-exhaustive) de la production des adhérents de Terroirs et Talents révèle effectivement toute la personnalité bien marquée de chacun des vins (tous en AOP), associés pour l'occasion aux plats du chef Thomas Ponson (La Réserve Thomas, Lyon 2e).

A savoir le beaujolais Impérial Rosé 2017 et le bourgogne Clos de la Chapelle blanc 2016 du domaine Romy (la famille est dans le vin depuis… 1700 !) à Morancé, 25 hectares plantés en gamay noir, pinot noir et chardonnay. Parfait à l'apéritif, avec une caillette ardéchoise par exemple. L'entrée - en l'espèce, un gravlax de saumon d'Ecosse et poivre de Taïwan - s'accommode fort bien du Pouilly-Fuissé du Domaine Auvigue - le bio de l'association, à Charnay-lès-Mâcon face à la Roche de Solutré -, décliné en deux parcelles : La Frérie 2016 et Les Chailloux 2016, qui devraient classées « Premier Cru » à partir du millésime 2019.

A suivre, pour accompagner le plat de viande - paleron de veau braisé, jus réduit et légumes de saison -, trois vins du Château de Terrière, à Cercié. Le maître d'œuvre en est Frédéric Maignet, également œnologue conseil de l'association qui a son siège au Château. Belle palette aromatique avec son Régnié Vin Sauvage à Poil 2016 (nature sans soufre ajouté), son Brouilly cuvée Jules du Souzy 2016 (notre coup de cœur !) et son Moulin à vent climat Le Moulin 2015. Pour finir en beauté sur deux Saint-Amour du Domaine de La Pirolette (à Saint-Amour), correspondant à deux climats, deux cuvées parcellaires : La Poulette (fruitée et pleine d'énergie) et Le Carjot (plus structurée), accompagnant un pain perdu caramélisé et poêlée de fruits rouges.

www.terroirs-et-talents.fr




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide