Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Enchères : les ventes on line ont la cote

Publié le - - Enchères

Enchères : les ventes on line ont la cote
DR - Violoncelle de Charles Quenoil estimé 12 000/15 000 EUR

Passé le coup direct porté par le confinement mi-mars, les Maisons de ventes ont su réagir en s'appuyant sur les ventes online sous huis clos. Le déconfinement progressif annoncé ce 11 mai promet déjà un programme chargé même si les modalités de réouverture physique au public pointent timidement le bout de leur nez.

Le coup porté aux ventes aux enchères depuis le confinement aurait pu être en effet fatal ou du moins très dur à surmonter, pareil à tellement d'autres secteurs de l'économie et notamment du marché de l'art. Mais il en fallait plus aux Maisons de ventes lyonnaises pour les décourager et l'urgence des solutions à trouver imposait de toute évidence les ventes online comme la solution idoine. Chacun à son tour s'est attelé à cette presque nouvelle façon de travailler et les résultats sont plutôt satisfaisants. A voir maintenant ce qui va se passer après le 11 mai. Ouverture ou pas au public ? Chaque maison de ventes essaie de trouver des solutions en fonction des directives gouvernementales qui évoluent avec le temps. Pour obtenir une réponse, ne pas hésiter en tous les cas à consulter au jour le jour le site web de chacune de ces Maisons.

Instruments de musique chez de Baecque & Associés

N'allez surtout pas croire que les ventes online servent de prétexte aux Maisons de ventes pour vider les réserves des invendus. La qualité des instruments de musique proposés ce 25 mai online et à huis

clos par la Maison de Baecque & Associés est au top. Au catalogue, on retient un violon fait dans l'entourage de Lupot portant l'étiquette originale de François-Louis Pique (1758-1822) pour une estimation

annoncée entre 15 000 et 20 000 € (Notre photo à droite), mais également un autre violon italien cette fois par Giuseppe Lucci, fait à Ravenna en 1947, pour lequel il faudra engager également 12 000 à 15 000 € (notre photo à gauche). Pour rester dans les cordes, focus sur ce violoncelle fait par Charles Quenoil au Pileu, année 1926 en copie de Mathias Slodt à Mittenwald 1680 dont il porte également l'étiquette, estimé entre 12 000 et 15 000 € tandis que du côté des instruments à vent, on retient un rare hautbois fait par Roustagnec à Toulon, hautbois du début du XXe siècle en buis et bagues ivoire dont on attend 2 000 à 2 500 €.

De Baecque & Associés – Lundi 25 mai à 14h30 ( huis clos, uniquement online) – Catalogue complet sur www.debaecque.fr

Vente classique chez Ivoire-Lyon

Quelle meilleure idée pour reprendre la main que de s'atteler au catalogue d'une vente courante. L'occasion se présente ce 19 mai à Corbas sous le marteau de Maîtres Bérard, Péron, Rousselot et Battin. Du mobilier, des bibelots, des tableaux et autres surprises pour une vente en live et en public restreint présent dans la salle. Un clic sur le site Ivoire-lyon explique de façon remarquable et très claire les modalités de cette vente notamment en matière d'expositions publiques et de retraits des lots. Alors à vos agendas ! Rendez-vous le 19 à Corbas ou en ligne dès 14h30.

Ivoire Lyon – Corbas – Mardi 19 mai à 14h30 – Catalogue et horaires d'expositions publiques ( sur rendez-vous) sur www.ivoire-Lyon.com

Adjugés !

Belles enchères pour cette première vente uniquement online par la Maison Artenchères, confinement oblige ce 29 avril dernier.

Frais compris, on retient sous le marteau de Maître Agnès Savart les 4 340 € atteints par « L'Astrée » d'Honoré d'Urfé en 5 forts volumes datés entre 1630 et 1633.

A noter que cette série bien complète était illustrée de 60 figures du peintre Daniel Rabel. Un peu plus loin au catalogue, l'attention était retenue par une luxueuse édition du « Chevalier de Maison Rouge », œuvre d'Alexandre Dumas ici en deux volumes dans une magnifique reliure doublée signée Affolter.

Daté de 1894 et illustré de 157 vignettes gravées sur bois de Julien Le Blant, cet exemplaire imprimé sur chine extra-fort trouvait preneur à 2 232 € frais compris.

De Victor Hugo, on remarquait une Edition Originale du « Dernier jour d'un condamné » en format in-12 daté de 1829. Provenant de la Bibliothèque de Francisque Renard, cette E.O était enlevée à 1 612 € par un bibliophile. Et pour clore ce survol, à noter ce bel exemplaire de « De Architectura Libri Decem » (cuir blanc) par Vitruve en 3 parties réunies dans un volume de 1649 relié en vélin doré aux armes adjugé pour sa part 2 604 € frais compris.




Philippe JAYET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer