AccueilEconomieImmobilier-TP-BâtimentEncadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne : la mesure entrera en vigueur le 1er novembre

IMMOBILIER Encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne : la mesure entrera en vigueur le 1er novembre

La préfecture du Rhône et la Métropole ont annoncé jeudi dans un communiqué commun que la mesure d'encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne entreraient en vigueur le 1er novembre 2021.
Encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne : la mesure entrera en vigueur le 1er novembre
© Google Maps Streetview - L'encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne vise à agir contre les loyers excessifs et de contenir les hausses de loyers abusives.

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

Les loyers seront encadrés à Lyon et Villeurbanne à partir du 1er novembre 2021. Si la mesure était officielle depuis quelques semaines déjà, il restait simplement à définir à quelle échéance elle entrerait en application. Ce sera donc dans quelques semaines seulement.

"En permettant une expérimentation de l’encadrement des loyers dans les zones tendues, la loi du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi ELAN, a pour objectif d’agir contre les loyers excessifs et de contenir les hausses de loyers abusives constatées dans ces territoires pour préserver le pouvoir d’achat des Français et leur faciliter l’accès au logement", peut-on lire dans le communiqué. Un dispositif que Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, applaudit des deux mains.

©  DR - L'encadrement des loyers devient une réalité à Lyon et Villeurbanne.

A contrario, la FNAIM du Rhône se montre très critique quant à l'application du dispositif dont elle présume une "totale inefficacité", évoquant entre autres arguments "un signe négatif adressé aux investisseurs" et pointant du doigt le risque de fraudes pour les logements loués hors réseau professionnel.


Loyer encadré à Lyon et Villeurbanne, comment ça marche ?

 - Le dispositif d’encadrement des loyers repose sur l'observatoire local des loyers pour lequel l'agence d'urbanisme de l'aire métropolitaine lyonnaise a été agréée en février 2021.

- Il s’applique pour 2 ans aux logements mis ou remis en location, en renouvellement de bail ou en bail mobilité.

- L’arrêté préfectoral définit trois niveaux de loyers de référence fondés sur les données 2020 de l’observatoire local des loyers :

  • un loyer de référence correspondant au loyer médian.
  • un loyer de référence majoré (supérieur de 20 %).
  • un loyer de référence minoré (inférieur de 30 %).

Ces loyers de référence, exprimés par un prix au mètre carré de surface habitable, ont été fixés en fonction de plusieurs critères, comme la localisation, le nombre de pièces, le type de location (meublé/non meublé) ou encore l’époque de construction.

©  Google Maps Streetview / L’arrêté préfectoral définit trois niveaux de loyers de référence fondés sur les données 2020 de l’observatoire local des loyers .

Des ajustements possibles

- Des ajustements sont toutefois possibles. Le loyer de base pourra éventuellement être augmenté d’un complément de loyer proposé par le bailleur :

  • pour les logements présentant des caractéristiques de localisation et de confort le justifiant, par comparaison avec des logements de la même catégorie situés dans le même secteur géographique.
  • pour les baux signés à compter du 1er novembre 2021, le loyer (hors charges) au mètre carré de surface habitable du logement, dit loyer de base, ne devra pas dépasser le loyer de référence majoré défini par l’arrêté.

- Des procédures d’ajustement de loyer seront possibles, soit en diminution de loyer au profit du locataire si le loyer de mise en location ou de renouvellement de bail est supérieur au niveau du loyer de référence majoré, soit en réévaluation de loyer au profit du bailleur lors du renouvellement de bail si le loyer jusqu’alors appliqué est inférieur au loyer de référence minoré.

- Une équipe métropolitaine de l’habitat (EMHA) va être mise en place pour apporter les informations aux particuliers sur le dispositif d’encadrement et pour contrôler son application.

- En cas de non-respect du loyer de référence majoré, le bailleur pourra être mis en demeure par le préfet, sur signalement du locataire, de mettre le bail en conformité et de rembourser au locataire les trop-perçus éventuels. À défaut, une amende d’un montant maximum de 5 000 € pour une personne physique et de 15 000 € pour une personne morale pourra lui être infligée.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?