AccueilCultureEmmanuelle Durand et Vincent Anglade, un duo à la tête des Nuits de Fourvière

Emmanuelle Durand et Vincent Anglade, un duo à la tête des Nuits de Fourvière

Afin de succéder à Dominique Delorme, qui prendra sa retraite à l'issue des Nuits de Fourvière 2023, la Métropole de Lyon a choisi le duo formé par Emmanuelle Durand et Vincent Anglade. Leur projet veut faire rayonner l'événement dans tout Lyon.
Vincent Anglade et Emmanuelle Durand prennent la direction des Nuits de Fourvière à Lyon.
© Thierry Fournier - Métropole de Lyon - Vincent Anglade et Emmanuelle Durand prennent la direction des Nuits de Fourvière à Lyon.

Culture Publié le ,

Les deux heureux élus à la direction des Nuits de Fourvière à Lyon, choisis à partir d’une short-list de six finalistes, sont le duo formé par Emmanuelle Durand, actuelle secrétaire générale de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, et Vincent Anglade, responsable des musiques actuelles et des projets pluridisciplinaires à la Philharmonie de Paris.

Durand-Anglade, un duo pour succéder à Dominique Delorme

Tous deux ont eu déjà l’occasion de travailler ensemble, notamment quand Emmanuelle Durand était déléguée de production à la salle Pleyel et Vincent Anglade, conseiller à la programmation et administrateur de production de la même salle Pleyel.

Nommés sur un projet qui répond au cahier des charges demandé par la Métropole de Lyon, à savoir "renforcer la coopération avec les acteurs du territoire, augmenter l’action culturelle pour élargir les publics, amplifier la valorisation du site et la coopération avec le musée Lugdunum", selon les mots de Bruno Bernard, président de la Métropole, ils auront à cœur de poursuivre le travail de Dominique Delorme, qui partira à la retraite après l’édition 2023.

Les Nuits de Fourvière, "plus beau festival de France"

Conscients de la responsabilité qu’ils portent de continuer à faire vivre le "plus beau festival de France" d’après Emmanuelle Durand, "unique en son genre" d’après Vincent Anglade, ils veulent "porter au même niveau d’exigence les enjeux artistiques et sociétaux" et cultiver son côté pluridisciplinaire.

Pour ce projet, ils ont retenu plusieurs axes de travail. Le premier sera de proposer pour chaque édition une thématique particulière qui se déplierait sur une douzaine de propositions, en fonction de l’actualité culturelle, tout en gardant un "panorama contrasté dans la programmation ". Le deuxième prendra la forme d’un festival dans le festival, Les petites Nuits, dédié aux plus jeunes et aux familles.

Le troisième consistera à faire descendre le festival de sa colline, en investissant des lieux non dédiés au spectacle vivant, comme le Planétarium, un centre aquatique, un stade... Tout comme ils veulent (mais qui ne veut pas ?) "mutualiser les énergies pour des projets innovants" et impliquer davantage les habitants du territoire. Ainsi ils projettent la création de Nuits nomades, des petites formes qui tourneraient sur le territoire à destination de ceux et celles qui ne vont habituellement pas aux Nuits de Fourvière. Imaginant même de construire une soirée de clôture avec les habitants.

Le bilan carbone de la culture en axe de travail

Sans oublier le volet écoresponsable, cher à l’exécutif métropolitain, qui va commencer par un bilan carbone, à l’instar d’autres institutions lyonnaises qui ont déjà fait la démarche, dont l’Auditorium-Orchestre national de Lyon.

Cette démarche devrait se poursuivre "pas à pas", grâce à une réflexion engagée par les acteurs du spectacle vivant, en particulier pour la rationalisation des tournées des artistes, mais pas seulement.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?