AccueilSociétéEmmanuelle Dubée : servir l'Etat sans concession

Emmanuelle Dubée : servir l'Etat sans concession

Emmanuelle Dubée vient de prendre ses fonctions de préfète déléguée pour la défense et la sécurité auprès du préfet de région Pascal Mailhos.
Emmanuelle Dubée : servir l'Etat sans concession

ActualitéSociété Publié le ,

Les hasards des nominations de son père, inspecteur d'académie, l'ont vue naître en Allemagne près de Baden-Baden en 1978. Mariée à un Breton et mère de deux enfants, elle alterne un baccalauréat scientifique à Colmar, Hypokhâgne lettres et Sciences Po Paris avant d'intégrer en 2002 l'ENA, promotion Léopold Sédar Senghor d'où est sorti aussi l'actuel président de la République.

Un cursus qui répond à son souhait d'intégrer le service public pour être utile à l'Etat, au bénéfice de la chose publique, tout en s'engageant. «Une vision aujourd'hui moins binaire, car le privé aussi sert l'intérêt général en produisant de la valeur».

L'entrée à l'ENA la met tout de suite dans le bain de la vie professionnelle en tant que serviteur de l'Etat avec 7 mois de stage à la Préfecture de la Manche, puis 5 mois à l'Ambassade de France en Bulgarie. « Des stages très formateurs, après une formation plus théorique à Sciences Po».

Et comme pour réaliser un souhait ancien, Emmanuelle Dubée intègre le ministère de l'Intérieur en tant qu'administratrice civile affectée au secrétariat général de la sécurité intérieure et des libertés locales.

Après des responsabilités dans différents cabinets ministériels et un poste de conseillère technique à l'Elysée (2010-2012), sa dernière affectation (2017-2019) l'a conduite au poste de cheffe de service, adjointe au directeur des systèmes d'information et de communication à l'administration centrale du ministère de l'Intérieur.

Un parcours stimulant empli de défis et d'expériences passionnantes nourrissant sa curiosité intellectuelle et d'ouverture à la diversité.

Et puis arrive sa nomination dans la préfectorale. Elle mesure pleinement l'honneur qui lui est fait, d'être à la hauteur de la confiance accordée, mais aussi de la responsabilité qui en découle, sous l'autorité du Préfet de région. « Il n' y a pas de place à l'erreur ».

Hormis le fait d'arriver dans une belle capitale où il fait bon vivre, la Préfète a tout de suite apprécié l'implication des fonctionnaires et contractuels avec qui elle travaille, pour ne pas dire leur abnégation professionnelle. « Des personnes investies dans le service public qui méritent notre admiration et qui savent à quoi ils servent ».

Dans cette période agitée et sur le fond de ses missions riches et variées : la sécurité (anti-terroriste, civile, routière…), la police de sécurité au quotidien (un axe fort de politique), en partenariat ouvert et direct avec les maires et la population font partie de ses priorités nécessitant une écoute de tous les instants. « Il faut être l'ensemblier de tous ces partenaires ».

Des missions réalisées avec professionnalisme et efficacité par les différents services, dont ceux du DDSP.

Et de conclure avec modestie, réalisme mais sans concession : « J'ai le souhait d'inscrire mon action dans la durée et la continuité de mes prédécesseurs sous l'autorité du Préfet de région".

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?