AccueilDossiersBusiness, entreprise et interculturalité :enjeux,Emball'Iso s'occupe de l'inter-culturalité en interne et en externe

Emball'Iso s'occupe de l'inter-culturalité en interne et en externe

Implantée à Saint-Georges-de-Reneins, l'entreprise créée par Pierre Casoli évolue grâce à huit unités de production dans le monde. Le dirigeant doit à la fois adapter ses relations avec ses clients étrangers mais surtout avec ses collaborateurs.
Emball'Iso s'occupe de l'inter-culturalité en interne et en externe
© : DR - Le bureau Emball'Iso de Singapour s'appuie sur une équipe locale pour faciliter le commerce des produits isothermes

DossiersBusiness, entreprise et interculturalité :enjeux, Publié le ,

Emball’Iso réalise 80 % de son chiffre d’affaires (non communiqué et non publié) à l’international. Ses boites isothermes s’appuient sur les compétences de 160 collaborateurs, dont une centaine répartie dans ses filiales en Chine, à Singapour, en Inde, au Japon, au Brésil, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Grande-Bretagne. « L’interculturalité doit être intégrée dès l’argumentaire de vente, avance Pierre Casoli, fondateur de l’entreprise caladoise. En Allemagne, il doit être axé sur la technique. Aux Etats-Unis sur le marketing en affirmant que ce que l’on propose est le meilleur produit du monde. Quant à la Chine, je n’ai pas encore tout compris… Les relations humaines y sont très importantes, tout comme les repas. Les barrières tombent le midi, autour d’une table tournante où les convives partagent les mets. »

L’analyse n’a rien d’anodine. Commercer exige avant tout de s’intéresser à l’autre. L’adage est d’autant plus vrai à l’étranger où les us et coutumes varient. « Savoir que les Italiens apprécient de parler religion mais qu’il faut bannir le sujet avec un Chinois peut éviter les impairs. »
Les situations peuvent être tout aussi délicates avec les collaborateurs en interne. « L ‘interculturalité, affirme Pierre Casoli, concerne ses clients et ses collaborateurs. » En France, les managers imposent leurs méthodes. Ailleurs, il faut davantage de dialogue. Faire passer une stratégie, recruter, manager sont plus difficiles à Singapour, au Japon, en Chine et en Italie qu’en France selon le dirigeant.

Pierre Casoli a choisi de s’adapter. Chaque filiale dispose d’un manager pour appliquer les standards locaux : un Allemand en Allemagne, un Français en Grande-Bretagne, un Américain aux Etats-Unis, un Brésilien au Brésil, un Indien en Inde, un Français en Chine et un Singapourien à Singapour. Dans tous les cas de figures, Pierre Casoli rappelle à ses équipes « que la France n’est pas le centre de monde et que l’interculturalité doit gagner tous les étages de l’entreprise ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?