AccueilActualitéPolitiqueÉlection à la présidence d'Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez réélu, la sécurité avant le reste

Élection à la présidence d'Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez réélu, la sécurité avant le reste

Élection à la présidence d'Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez réélu, la sécurité avant le reste

ActualitéPolitique Publié le ,

Laurent Wauquiez a été réélu sans surprise et à une large majorité à la présidence du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes ce vendredi midi. La liste conduite par le président LR sortant était arrivée largement en tête dans les urnes dimanche 27 juin (55,17 % au second tour).

Cinq candidats se sont déclarés officiellement candidats à la présidence de la Région. Outre Laurent Wauquiez, Andrea Kotarac pour le Rassemblement National (RN), Fabienne Grébert pour les écologistes, Cécile Cukierman pour le Parti Communiste (PC) et enfin Najat Vallaud-Belkacem pour la Parti Socialiste (PS) ont fait acte de candidature.

Laurent Wauquiez a obtenu 134 voix, Fabrienne Grébert 29, Najat Vallaud-Belkacem 18, Andrea Kotarac 17 et Cécile Cukierman 6.

La sécurité au coeur du discours

Après l'élection, dans son discours à la tribune, Laurent Wauquiez a souligné la nécessité "d'un cap clair" ainsi que celle "d'une Région au travail tout de suite, qui agisse, qui réponde présent quand on a besoin d'elle". Réaffirmant au passage ses envies d'efficacité : "Un hémicylce ce n'est pas fait pour faire du théâtre, c'est fait pour décider."

Sa priorité ? La sécurité. "Bien sur, cela relève d'abord du national, du Gouvernement, mais on n'a pas le droit de rester les bras croisés", a-t-il déclaré, reprenant l'exemple de Marin, ce jeune Lyonnais gravement blessé pour s'être interposé lors d'une agression.

Laurent Wauquiez a annoncé une première délibération "avant fin juillet" sur le sujet, évoquant une hausse de 30 % des effectifs dans la police ferroviaire, 10 000 nouvelles caméras de vidéosurveillance, "et la reconnaissance faciale contre les criminels". Un discours sécuritaire applaudi à tout rompre par la majorité de Droite.

© Julien Verchère / Laurent Wauquiez lors de sa prise de parole face à la nouvelle assemblée régionale.

Deux grands plans lancés à la rentrée

Autres axes forts cités par le président de Région lors de cette première prise de parole, "le lancement de deux grands plans à la rentrée pour d'une part relocaliser la production et l'emploi dans notre région, d'autre part pour favoriser l'accès à tous et partout à la santé".

M. Wauquiez a notamment pointé du doigt "la dangereuse dépendance à l'égard de la Chine". Il entend d'ailleurs faire de la "préférence regionale" un cheval de bataille renouvelé, annonçant qu'il demanderait aux maires des communes aidées par la Région de signer une "charte de la préférence régionale" pour favoriser artisans, commerçants et entreprises régionales.

"Le projet du Lyon/Turin est une évidence"

"La meilleure façon de lutter contre le réchauffement climatique, c'est d'arrêter de tout importer et de prioriser ce qui est fabriqué chez nous", a-t-il encore indiqué, s'offrant une transition environnementale pour exposer sa volonté de faire de la qualité de l'air une priorité.

Un conseiller spécial sera nommé afin de coordonner des politiques transversales. "Il faut continuer à décarboner les entreprises, retirer les camions des routes quand c'est possible. Le fret ferroviaire avec le projet du Lyon/Turin est une évidence", a-t-il insisté. "Je ne crois pas à l'écologie punitive, mais positive, concrète, qui s'appuie sur le bon sens, le progrès, l'investissement."

Enfin, autre credo, celui du "zéro augmentation d'impôts". Réaffirmant qu'Auvergne-Rhône-Alpes était "la Région la mieux gérée de France", Laurent Wauquiez a martelé à la tribune "qu'une gestion saine c'est la condition d'investissements pour l'avenir."

La séance se poursuit durant l'après-midi, avec notamment l'élection de la Commission permanente. Elle comprend 15 vice-présidents et 52 autres membres.

Qui sont les 15 vice-présidents de Laurent Wauquiez ?

Ambiance de rentrée à la Région

Il flottait comme un air de rentrée des classes vendredi matin à l'Hôtel de Région. Michèle Morel, doyenne d'âge et présidente de séance, a pris le temps d'expliquer aux petits nouveaux et aux "revenants" le fonctionnement des micros. Ainsi que le modus operandi pour voter, test à l'appui.

Si l'assemblée régionale compte un nombre important de novices, il s'agissait d'un retour aux sources pour certains autres, à l'image de Bernard Perrut (député de la 9e circonscription du Rhône) qui se souvenait avoir lancé sa carrière politique en siégeant au conseil régional... en 1991.

Avant l'élection, au dernier rang de l'hémicycle - fauteuil 198 -, on observait un Laurent Wauquiez très détendu et volontiers rieur aux côtés de Julien Vuillemard, le maire de Vernaison, et le député de Haute-Loire Jean-Pierre Vigier.

© Julien Verchère

Une première suspension de séance permettait aux élus de prendre connaissance des déclarations de candidature des cinq postulants. Si quatre d'entre eux avaient pris la peine de produire un texte plus ou moins long défendant leurs orientations en cas d'élection, Andrea Kotarac s'était contenté d'un bout de phrase manuscrite pour le moins laconique ressemblant surtout... à un autographe.

Après cette pause, l'assemblée plénière pouvait reprendre et la présidente déclarait "le scrutin ouvert". Les élus étaient appelés à voter deux par deux, un processus long et apte à causer les premiers baillements.

Jusqu'à la proclamation des résultats et aux applaudissements de la majorité au moment où Laurent Wauquiez se dirigeait vers la tribune. "Et maintenant, au travail", a-t-il conclu. Le maitre d'école, c'est lui.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?