AccueilSociétéEditorial - Voisins vigilants

Editorial - Voisins vigilants

Anxiogène, l’actualité estivale ? Pensez-vous, entre un massacre sur une petite île norvégienne, des émeutes en Grande-Bretagne et l’effondrement du marché financier planétaire, on en oubliera presque les guerres et autres famines qui sévissent sur la planète terre. Ainsi, convient-il de se mobiliser, « m-o-b-i-l-i-s-e-z-vous » pour parodier un journaliste de la télévision intervenant lors de grands shows caritatifs.

ActualitéSociété Publié le ,

Anxiogène, l’actualité estivale ? Pensez-vous, entre un massacre sur une petite île norvégienne, des émeutes en Grande-Bretagne et l’effondrement du marché financier planétaire, on en oubliera presque les guerres et autres famines qui sévissent sur la planète terre.
Ainsi, convient-il de se mobiliser, « m-o-b-i-l-i-s-e-z-vous » pour parodier un journaliste de la télévision intervenant lors de grands shows caritatifs. Et il n’est pas de petites causes. C’est ainsi que les départs en vacances peuvent occasionner un stress supplémentaire avec la hantise, en votre absence, du risque de cambriolage ; les statistiques le montrent avec une certaine logique, le risque s’accroît en période estivale. C’est ainsi que quatre communes du Rhône, dont deux de l’agglomération lyonnaise, se disent intéressées par le dispositif « Voisins vigilants » instauré pour la première fois en 2007 dans les Alpes-Maritimes et qui n’avait jusqu’alors pas encore atteint les terres rhodaniennes.
Le système est relativement simple. Il a d’abord été expérimenté aux Etats-Unis et en Grande Bretagne. Pour faire court, certains habitants d’un quartier se transforment en « veilleurs » au service de la protection dudit quartier, ils peuvent alors être indemnisés comme le stipule la loi Loppsi votée au mois de mars, rien à voir donc avec quelque milice d’auto-défense comme celles mises en place à Londres lors des récentes émeutes. Il conviendrait plutôt donc d’assimiler le nouveau dispositif à un « petit boulot » parmi d’autres.
Quant aux informations quelque peu anxiogènes que nous citions d’entrée, elles devraient disparaître prochainement, très exactement le 24 août prochain (anniversaire du massacre de la saint-Barthélemy), date annoncée par le Gouvernement pour dévoiler les mesures prises pour enrayer le poids de la dette dans l’économie nationale. A n’en pas douter, certaines mauvaises langues auraient peut-être préféré une autre date toute aussi symbolique, comme celle du 4 août, la nuit de l’abolition des privilèges. « Indignez-vous », disait Stéphane Hessel à l’occasion d’un foudroyant succès de librairie.
Bonnes vacances !

F. S.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?