AccueilSociétéEditorial - Trou d'air

Editorial - Trou d'air

Prendre d’avion, c’est bien connu, c’est quitter le train-train quotidien pour partir en vacances, ailleurs.

ActualitéSociété Publié le ,

Et comme en plus, cela demeure le moyen de transport le plus sûr… Sauf que parfois, cela ne se passe pas comme prévu hélas, trois fois hélas et ce qui s’est passé au-dessus de l’Ukraine nous l’a tragiquement rappelé. Un dur retour sur terre si l’on ose écrire.
Tout aussi loin de l’image idyllique des vacances que symbolise l’avion, l’actualité nous joue un mauvais coup en cette période estivale : les F16 et autres chasseurs d’Israël qui bombardent sans toujours une grande précision. Cruelle coïncidence alors qu’on s’apprête à commémorer les soixante-dix ans de la Libération et des bombardements alliés qui ont précédé, comme celui de l’avenue Berthelot et son millier de victimes civiles le 26 mai 1944.
Il y a aussi d’autres avions dont on a pas trop envie, en cette période, d’entendre parler : on pense aux Canadairs et autres Trackers utilisés pour combattre les incendies de forêt au sud de la France et ailleurs parfois. C’est vrai quoi, on a envie de passer des vacances insouciantes. Et par exemple d’aller visiter, une journée de pluie, ça ne manque pas cette année, le musée Clément Ader et ses aéronefs anciens que restaure depuis 2003 l’association qui a ouvert à la visite ces lieux sur l’aérodrome de Corbas.
Curieusement, la vie économique aussi s’est mise ces derniers temps à l’heure de l’avion et de l’aviation : c’est le constructeur américain Boeing qui revoie à la hausse ses prévisions de résultats ; c’est Augustin de Romanet qui en reprend pour quelques années comme P-dg d’Aéroports de Paris ; c’est Ryanair la célèbre compagnie low cost qui risque de devoir rembourser près de dix millions d’euros d’aides publiques versées indûment semble-t-il par les aéroports de Nîmes, Pau, Angoulême. Y-aurait-il un trou d’air dans l’air ?
Et comme avec tout ça, il y a aussi l’aéroport de Tel Aviv qui n’était plus desservi par des compagnies aériennes, vous avouerez que cela fait beaucoup… Et qu’il est encore temps de se tourner vers d’autres mode de transports pour partir en vacances : le train par exemple (pour peu qu’il n’y ait pas de collision ferroviaire comme en Aquitaine il y a quelques jours) ou le bateau (si toutefois il n’y a pas de grève comme en juin à la SNCM).
Du coup, reste toujours la possibilité de ne pas partir en vacances et de rester chez soi. Comme la moitié des Français.

DT

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?