AccueilSociétéEditorial - TIPP : session de rattrapage ?

Editorial - TIPP : session de rattrapage ?

On s’était permis, il y a quelques mois dans ces colonnes, d’ironiser sur les propos du P.D-G de Total qui doctement avait annoncé que le litre d’essence atteindrait forcément les 2 €, mais qu’il ne savait pas quand.

ActualitéSociété Publié le ,

C’est vrai qu’il aurait pu aussi dire dans le même esprit que par – 8° de température, l’eau du lac du parc de la Tête d’Or se transformera forcément en glace mais qu’on ne sait pas exactement quand… Fernand Raynaud et son refroidissement du tube du canon n’avait pas fait mieux !
Alors, puisque le litre de ce satané carburant commence à se rapprocher dangereusement des 2 €, pourquoi ne pas regarder de plus près l’évolution du prix du litre d’essence. Par exemple depuis une quarantaine d’années, depuis 1968 pour être précis parce que cette année-là, suite aux « évènements » et aux accords de Grenelle qui ont suivi, le SMIG connaissait une augmentation historique, supérieure à 20 %. On se souvient que le SMIG (pour salaire minimum interprofessionnel garanti devenu SMIC pour salaire minimum interprofessionnel de croissance), c’est la ligne rouge pour le paiement des salariés. L’idée, on l’aura compris : comparer l’évolution du prix du litre d’essence avec celle du SMIG(C) horaire.
En 1968, ce SMIG horaire était de 2,68 francs (constants) soit 0,41 € ; et le litre de super coûtait l’équivalent de 0,18 € soit 1 franc environ. Aujourd’hui, le SMIC horaire est à 9,22 € et le litre de super à environ 1,70 € (il augmentera peut-être encore en fin de semaine). Autrement dit, le salarié payé au SMIG pouvait avec son revenu d’une heure de travail, acheter en 1968 un peu plus de 2 litres de super, alors que le salarié payé au SMIC d’aujourd’hui peut acheter quasiment 5 litres et demi de super.
Comparaison n’est pas raison : il n’empêche que l’on frémit à l’idée qu’un président de la République fraîchement élu pourrait envisager d’accroître la TIPP (Taxe intérieure sur les produits pétroliers ; 60 % du prix de l'essence) sous prétexte de rattrapage…

D. T

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?