AccueilActualitéSociétéEditorial - Sous haute tension

Editorial - Sous haute tension

Hormis être un Sélénien, impossible, cette semaine, pour le Terrien lambda aux deux pieds solidement tanqués, d’échapper aux tensions qui irradient l’actualité.

ActualitéSociété Publié le ,

Et à tout seigneur, tout honneur. Celles dites internationales. Avec cette mise sous tension de l’opposition russe, incrédule en apprenant la décision du tribunal de Kirov, qui condamne l’avocat Alexeï Navalny, figure tutélaire du mouvement populaire anti-Poutine, à un lustre de détention en colonie pénitentiaire, « cinq ans de camp » pour être précis. Motif: détournement de quelque 377 000€. En observant, avec une certaine acuité, la vacuité du dossier, force est d’admettre qu’au coeur du plus vaste pays de notre planète, la justice nage en eaux « roubles ». Une Russie également en première ligne dans le conflit syrien, de quoi alimenter les tensions avec les Occidentaux. Cette même Russie qui accuse, nommément, les rebelles d’utiliser le gaz sarin pour parvenir à leurs fins. Elle manifeste ainsi son soutien sans faille au régime de fer local, pointé du doigt avec une réelle fermeté par Antonio Guterres, haut commissaire aux réfugiés aux Nations-Unies, pour qui « 5000personnes meurent chaque mois » dans cette guerre inextricable, meurtrière depuis deux longues années. Un coup de sang qui a créé au sein du Conseil de sécurité de vives tensions, l’ambassadeur de la Syrie à l’ONU, Bachar Jaari, dénonçant une évaluation des pertes humaines « sourcée de manière non professionnelle » et engageant, de facto, la guerre… des chiffres.
Si l’empathie, empreinte de compassion – poussons jusqu’au courroux et à l’incompréhension –, est de mise en France, les considérations matérielles de nos concitoyens conservent leur primauté. Et parmi leurs angariades majeures, le taux du Livret A qui passera, au 1er août, de 1,75 % à 1,25 %. Un recul pour le placement privilégié des ménages modestes évoluant déjà dans un contexte économique sous tension, et qui voient ainsi diluer l’une des promesses du candidat Hollande, à savoir le soutien à l’épargne populaire en garantissant une rémunération du Livret A supérieure à l’inflation, tout en tenant compte de l’évolution de la croissance. Autre tourment: la mise à mort programmée de l’apprentissage, ouvertement évoquée suite à la volonté gouvernementale de supprimer l’aide aux entreprises de moins de dix salariés (soit 550 M€ d’aides), sous couvert du sacro-saint principe des économies liées à la réforme de l’Etat, n’aura, en tout et pour tout, « vécu » que vingt-quatre heures, l’exécutif décidant d’instaurer un dispositif afin de compenser cette perte en ligne et ainsi de briser la fronde des artisans, qui opèrent d’ores et déjà dans des secteurs sous tension. Côté politique, les tensions semblent exacerbées. Au plan national, évidemment, avec les vicissitudes de la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Cahuzac. Et cette question, lancinante, obsédante: François Hollande était-il informé de l’existence du compte caché en Suisse de son ex-ministre? « Affirmatif », selon le président de ladite commission, Charles de Courson. Face à de telles affirmations, «sans fondement et sans preuve», les caciques du parti socialiste font bloc autour de leur chef de file. De quoi mettre de côté pour quelques heures les tensions générées par les sorties médiatiques fracassantes de certains détenteurs de portefeuilles qui se font entendre sur la politique générale du locataire de l’Elysée ou sur les contours d’un budget «peu satisfaisant» à leur endroit.
Dans ce maelström d’actualités, une bonne nouvelle. D’ordre technologique, technique et médicale. La première pose française d’un « pacemaker » pour réguler la tension. Une intervention de deux heures signée de trois Lyonnais: le professeur-hypertensiologue Lantelme, le professeur-chirurgien implanteur Feugier et le docteur Workineh, anesthésiste à la Croix-Rousse. Implanté sur les artères carotides, ce stimulateur permet, chez les patients hypertendus réfractaires aux traitements médicamenteux, de moduler la tension. Quant à dresser la liste des patients hypertendus, l’entreprise risque d’être fastidieuse…

L.O.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 janvier 2022

Journal du22 janvier 2022

Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?