AccueilSociétéEditorial - Propos mordants

Editorial - Propos mordants

Définir ce qui est une information ? Pas compliqué si l’on se souvient de la maxime d’un lord typiquement british : « Un chien qui mord un facteur, c’est la vie ; un facteur qui mord un chien, çà c’est une information ! ».

ActualitéSociété Publié le ,

Et un footballeur qui mord un autre footballeur ? On le sait, ce fut le cas du joueur de l’équipe uruguayenne Luis Suarez la semaine dernière, mardi. Pauvre Giorgio Chiellini, l’Italien victime !
Sûr que l’on a tous constaté l’engouement général pour la coupe du monde de foot. Dans toutes les catégories sociales, les… mordus de cette compétition sont légion. Mais on ne pensait pas que l’on allait passer du sens figuré du mot mordu au sens propre. Imagineriez-vous que de paisibles pêcheurs français (qui peuvent se livrer à leur activité favorite jusqu’au 21septembre dans le cas le plus général) changent leurs habitudes, et plutôt que d’interroger le collègue d’un anodin : « Çà mord ?», se précipitent tête la première dans l’eau pour mordre les poissons ?
C’est comme les habitués des soldes qui ont commencé mercredi dernier. Là encore, il y a des mordus pour se précipiter dans les boutiques ; et quand bien même les bousculades sont parfois au rendez-vous, la police municipale lyonnaise n’a pas, à notre connaissance, dû intervenir dans un crépage de chignon ayant dégénéré en échauffourée avec… morsure à la clef.
Quand aux candidats au bac, si beaucoup ont témoignés de leur nervosité en mordillant leur stylo, certains ont dû se mordre les doigts d’avoir fait l’impasse dans leurs révisions, sur la partie du cours concernant justement le sujet à traiter.
Côté politique aussi, les petites phrases… mordantes continuent de fleurir. Un député de l’UMP s’exclamait mardi dernier : « On nous prends pour des cons », des élus locaux en pétard contre la réforme des rythmes scolaires ne maitrisaient pas mieux leur expression orale, tout comme des Verts contestant la nouvelle mouture de l’éco-taxe. Leur but, à tous ses opposants ? Faire… mordre la poussière au gouvernement.
Un observateur qui aurait su prendre du champ par rapport à l’écume des jours (de l’actualité de la semaine écoulée) aurait été parfaitement justifié de prétendre que quand on voit, qu’on entend ce qu’on entend on a toute raison non pas de penser ce qu’on pense, mais de se les mordre…

DT

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?