AccueilSociétéEditorial - Paul, Patrick, Edouard et les autres…

Editorial - Paul, Patrick, Edouard et les autres…

La camarde poursuit d’un zèle imbécile (merci Georges) les titans de l’économie ces derniers temps.

ActualitéSociété Publié le ,

Les titans ? On entend par là ces hommes exceptionnels qui, dans leur secteur d’activité, ont été révolutionnaires et/ou prophétiques.
Ce fut cet été la disparition de Paul Berliet (Lire Tout Lyon n° 5009 du 11 août 2012), puis de Patrick Ricard et plus récemment Edouard Leclerc. Et outre leur stature acquise par un sens aigu de l’innovation (comme l’on dirait aujourd’hui) et de sa mise en oeuvre, nos trois titans avaient aussi un autre point commun. Un petit détour par le « Who’s who » et voilà que vous découvrirez que Paul Berliet avait fait ses études au lycée Ampère à Lyon, Patrick Ricard au lycée Périer à Marseille, Edouard Leclerc aux… séminaires de Lyon et Paris, cela ne s’invente pas… On peut aussi comprendre « en creux » à la lecture de ces notices, qu’aucun des trois n’a fait… d’études supérieures ; et l’on se plait à s’imaginer le père d’Edouard Leclerc, agrégé d’histoire et de lettres, tançant son rejeton en le prévenant que s’il continuait de poursuivre ses études sans les rattraper, il finirait (ton menaçant) épicier…
Le temps des self made men est-il révolu ? Faut-il être bardé de diplômes pour réussir dans la création, ou bien encore, ce qui n’est pas plus aisé, dans la continuation d’une entreprise ? Car, on le sait, Paul Berliet comme Patrick Ricard étaient des héritiers. Mais des héritiers qui ont su développer et faire grandir ce qui leur est échu.
Leur histoire, à Paul, Patrick et Edouard, reflète-t-elle un passé révolu ou bien alors peut-elle fournir des enseignements ? On a la faiblesse de penser que oui, créer et développer une entreprise ne relevant pas d’une accumulation de diplômes mais d’une alchimie dans la personnalité entre des composantes opposées sans que la recette n’en soit connue.
Du coup, on a envie de proposer au Medef, voire à d’autres organisations patronales, de financer un programme du type Téléthon avec pour objectif de subventionner des travaux de recherche afin d’identifier, dans le génome humain, le gène du créateur ou continuateur d’entreprise.

D. T.


Pour J.-P. M.
« Parce que les diplômes, cela sert à travailler chez ceux qui n'en ont pas »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?