AccueilActualitéSociétéEditorial - La pillule est amère

Editorial - La pillule est amère

Le décès la semaine dernière de Lucien Neuwirth nous ramène plus de quarante ans en arrière et aux chemises à fleurs d’Antoine qui conseillait dans ses Elucubrations au président de la République de renflouer les caisses de l’Etat (déjà !) en mettant la pilule dans les Monoprix, oh yeah.

ActualitéSociété Publié le ,

Etonnant au reste que les média aient surtout retenu de cette personnalité stéphanoise atypique, sa… paternité de la loi sur le contraceptif oral. Car être encore vivant après être passé devant un peloton d’exécution, cela n’a rien de banal. Tout comme de s’être tiré indemne, une trentaine d’années plus tard, d’une prise d’otage sur une ligne aérienne… Si ce n’est pas cela avoir la baraka…
Il n’empêche, ce mot pilule était bien celui de l’actualité de la semaine écoulée. Avec le paradoxe mis en évidence à propos de la consommation d’antidépresseurs et autres anxiolytiques par les Français : durant des années, on se plaisait à déplorer que nous étions les champions du monde en la matière, et bien, même en ce domaine, nous avons perdu notre couronne de plus importante consommation de médicaments de ce type par Français. Dépassé par… l’Islande, et d’autres pays, dont l’Allemagne, on croit rêver… et de plus, durant une période de crise sévère qui aurait dû entraîner l’effet inverse !
Pilule encore, le semaine dernière, avec le gouvernement qui pour la faire passer, la pilule de la réforme des retraites, aux députés chargés de la voter, annonce que les retraités les plus mal lotis verront leur maigre pension relevée deux fois en 2014. Au reste, si parmi les députés, il y avait un pharmacien, espérons qu’à l’occasion de cette manoeuvre gouvernementale, il ait eu l’à-propos de rappeler que cette façon de dorer la pilule, de faire avaler l’amère potion si l’on préfère, remonte, au sens propre, au XVIIesiècle, époque où les apothicaires roulaient dans de la poudre d’or leurs pilules afin de retarder la diffusion du principe actif du médicament jusqu’à l’endroit le plus favorable de l’appareil digestif.
Et puis une dernière pour la route, longue route, celle de la pression fiscale grandissante. Sûr que ce n’est pas de si tôt que les Français auront fini d’avaler la pilule des majorations d’impôts et taxes, qui se votent en ce moment avec la loi de finances pour 2014. Avec toutes ces ponctions sur le pouvoir d’achat, il va falloir réduire les budgets vacances : plus possible d’aller se faire dorer la pilule aussi souvent sous les cocotiers.

DT

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?