AccueilSociétéEditorial - L'art de la méthode

Editorial - L'art de la méthode

Une nouvelle pratique dans la gestion des difficultés réputées insurmontables fait florès.

ActualitéSociété Publié le ,

Reste à lui trouver un nom, si possible à consonance anglo-saxonne, et un théoricien apte à codifier cette méthode en un guide promis au sort de best-seller. Quelques exemples pour mieux apprécier tout l’intérêt du nom (provisoire) R.P.S (renversing problem solution).
On circule mal en ville, plusieurs centaines de milliers de voitures (de 400 à 600 000) entrent à Lyon chaque jour, les embouteillages se multiplient. La solution RPS : plutôt que d’augmenter la capacité des voiries, on fait l’inverse en réduisant le nombre de voies afin de décourager un peu plus les automobilistes d’utiliser leur engin. Avec les résultats qu’on connaît.
Autre exemple : la crise se ressent sur le pouvoir d’achat des Français ; la baisse de TVA sur la restauration (de 19,6 % à 5,5 %) devait leur permettre, à ces mêmes Français, de payer moins cher leur repas. Cela ne fut pas le cas, sous des prétextes divers et variés et surtout fallacieux. En revanche, le réajustement limité de cette même TVA (de 5,5 % à 7 %) a entraîné immédiatement l’annonce par les professionnels de la restauration qu’ils ne pourraient faire autrement que répercuter cette hausse. Vous avez dit privatisation des profits et mutualisation des pertes ?
Toujours dans le même sens : cela fait bien vingt ou trente ans que l’on parle de l’urgence de boucler le périphérique lyonnais à l’ouest de l’agglomération, dans les communes huppées. Face aux oppositions, il est envisagé de boucler… un troisième contournement à l’est (la partie Anse, Les Echets, aéroport Saint Exupéry existant déjà, ne resterait à réaliser que le tronçon Saint-Laurent-de-Mure/Vienne). Vous connaissez le syndrome Nimby (Not in my back yard) ?
Encore d’autres exemples de RPS : nos grands responsables éprouvent des difficultés à maintenir en vie la zone euro. Pourquoi ne pas créer plutôt une zone mark pour la seule Allemagne ? Ou bien encore, plutôt que de demander aux banques de se recapitaliser, d’augmenter leurs fonds propres, ne serait-il pas plus simple de resolvabiliser les clients ? C’est comme les impôts. L’Etat fait tout pour les réduire, mais sans beaucoup couper dans ses dépenses. Du coup les collectivités locales, à qui ont été confiées des compétences nouvelles, augmentent les leurs, les taxes foncières ayant cru entre 2005 et 2010 de 22 % d’après l’UNPI alors que les prix à la consommation (hors tabac) augmentaient de 8 %. Savez-vous jouer au Mistigri ?
Dernier exemple, éclatant celui-là, de la RPS qui se révèle miraculeuse, les discussions entre socialistes et écologistes pour se mettre d’accord sur un programme : et bien c’est fait, l’accord, constat des désaccords, constitue une formidable avancée. D’ailleurs, pour des écolos, l’utilisation accrue du bois c’est essentiel, aussi est-il naturel qu’ils adorent manier la langue de bois.
Un dernier regard sur le calendrier : la semaine dernière (du 15 au 19 novembre), c’était la semaine des droits de l’enfant. Avec les exemples ci-dessus, nul doute que les grands enfants que nous sommes aspiraient à rester dans le tempo. Et puis pour les élections à venir, pour appliquer la RSP, on pourra toujours choisir le candidat dont le programme se rapproche de celui d’Alfred Jarry, Ubu roi.

D. T

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?