AccueilSociétéEditorial - Ibracadabrantesque !

Editorial - Ibracadabrantesque !

On ne parle que de ça ! La presse hexagonale en fait ses choux gras.

ActualitéSociété Publié le ,

Du très sportif quotidien L’Equipe aux plus génériques ou économiques, Le Monde ou Les Echos, qui barrent leur « une » de cette information de premier plan. Zlatan Ibrahimovic, star du ballon rond, rejoint la galaxie du Paris-Saint-Germain, désormais sous perfusions pétrolifères de Qatar Investment Authority, dirigé par le très influent prince héritier du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, pour quelque 20 M€ et un salaire net annuel de… 14 M€. Alors même que le géant suédois traînait sa stature de bad boy un brin austère (ah non, point d’austérité, nous assènet- on !) sans état d’âme sur le macadam de Paname et qu’une nuée de paparazzi stroboscopait son physique d’athlète, ces émoluments ont provoqué des réactions en chaine, et hostiles. Notamment dans les rangs du gouvernement. Première à dégainer, Valérie Fourneyron, notre ministre des Sports, visiblement « choquée » et courroucée. Jérôme Cahuzac, itou. Le ministre du Budget donne dans le politiquement correct, jugeant ce revenu non pas « impressionnant », mais purement « indécent ». Il est indéniable que cette stipende à de quoi heurter les esprits à l’heure où la crise déploie encore et toujours ses tentacules, menaçant l’activité des PME, socle réputé infrangible de notre tissu économique ; où les difficultés de notre voisin ibérique font craindre une contagion par delà les Pyrénées, à l’instar d’une mauvaise grippe espagnole ; où les annonces de plans sociaux se multiplient ; où certains fleurons de notre industrie automobile toussent (PSA ayant programmé la fermeture de l’usine d’Aulnay et la suppression de 8 000 emplois) ; où, selon une étude de la Direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services (DGCIS), 46 % des Français ne partent pas en vacances… Pour ne pas ajouter au concert des personnes blessées par tant de tapage médiatique et pour insuffler une note positive au coeur de l’été, que peut-on inférer de cette situation ? Que l’Etat pourrait être le grand bénéficiaire ! Explications chiffrées : le coût total annuel pour le PSG de la « nouvelle star » pourrait atteindre 76 M€, et, suivant ce scénario, l’Etat français pourrait empocher la modique, coquette, non assurément astronomique recette de… 62 M€. Lors de son allocution du 14 juillet, et refusant obstinément d’utiliser le terme de « rigueur », le président de la République, François Hollande, a prôné l’« effort juste ». Pour Ibrahimovic, la ratification de son contrat doré ne lui a demandé… juste qu’un effort. Et il a signé le précieux document à l’encre noire, couleur pétrole…

L.O.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?