AccueilSociétéEditorial - Flop secret

Editorial - Flop secret

En définitive, les secrets d’Etat ne sont pas si bien gardés que cela, à en juger certaines écoutes téléphoniques faisant grand bruit ces derniers temps.

ActualitéSociété Publié le ,

Tout comme les autres secrets d’ailleurs, le terme faisant florès en ce moment, secret devenant du coup le mot de la semaine.
Toute réflexion faite, ces affaires d’écoutes téléphoniques gênent quelque peu aux entournures. On a tout de même connu une époque pas si lointaine où la gauche bien pensante et défenseur des libertés s’offusquait des micros clandestins ou de ce que l’on appelait alors les « bretelles » sur lignes téléphoniques. Autre temps aujourd’hui où plus personne ne déplore ces mises sur écoute, violant le secret des communications privées, sauf s’il s’agit des « grandes oreilles » de l’oncle Sam, car lui, il a forcément tort.
Tout comme plus personne ne s’indigne des violations répétées du secret de l’instruction, pourtant inscrit dans la loi, les investigations de la justice et leurs résultats étant sur la place publique avant même de dire ouf.
Autre secret en passe de disparaître, le secret bancaire, avec le Luxembourg qui, faute de donner au tout-venant le secret de la fortune, va accepter dorénavant de tout dévoiler sur les comptes étrangers mis à l’abri dans ce pays. Plus besoin d’enquêtes fastidieuses pour percer le secret de ces fameux comptes... Vous me direz, dans le Sud-Ouest, ce sont les coffres bancaires eux-mêmes qui ont été percés, selon la bonne vieille méthode Spaggiari, le week-end dernier ; après incendie des centraux téléphoniques et donc neutralisation de la vidéo-surveillance. On vous le dit, y a plus de secret.
Sauf un, paraît-il. Le ministre du Budget, en effet, entretient le plus grand secret sur sa recette pour économiser 50 Md€ sur les dépenses publiques de la France. Il paraît même que personne n’est dans le secret des dieux et qu’on ne saura pas – dans le détail – avant avril, qui va trinquer.
Dans le détail, car c’est bien un secret de polichinelle : tout le monde, encore une fois, va trinquer. Quant au secret défense, on a vu des tribunaux, il n’y a pas si longtemps, exiger qu’il soit levé dans certaines circonstances ; et gageons que cela risque de se reproduire : vous avez dit Pakistan dans les années 1990 ?
Sous le sceau du secret : l’expression est donc en passe d’être définitivement rayée du vocabulaire, tout comme le mot même secret devenu obsolète, vu le triomphe de la (ou des) révélation(s). Révélation ? Ça tombe bien, c’est bientôt Pâques.

DT

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?